sa LOMBÉ Lisette - Maison de la poésie et de la langue française de Namur

LOMBÉ Lisette

Œuvres disponibles

Biographie

Artiste plurielle, passe-frontières, diplômée en lettres et en médiation, Lisette Lombé s’anime à travers des pratiques poétiques, scéniques, plastiques, militantes et pédagogiques. Ses espaces d’écriture et de luttes s’appuient sur sa propre chair métissée, son parcours de femme, de mère, d’enseignante. En dérivent des collages, des performances, des spectacles, des livres et des ateliers, passeurs de révoltes, de feu et d’éros. Co-fondatrice du Collectif L-SLAM, elle a été récompensée, en 2017, en tant que Citoyenne d’Honneur de la Ville de Liège, pour sa démarche d’artiviste et d’ambassadrice du slam aux quatre coins de la Francophonie. Finaliste du Prix Médicis 2023 avec son roman Eunice (éd. du Seuil), elle a été primée à plusieurs reprises pour ses travaux littéraires (Grand Prix du roman 2023 de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, Prix Grenades/RTBF, Prix Scam/SACD, Golden Afro Artistic Awards, La Belle Hip Hop Awards). Elle sera la prochaine Poétesse nationale de Belgique en 2024 et 2025.

Crédit photographique : Mustapha Mezmizi

Bibliographie

PRIX

  • Grand prix du Roman de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, 2023 (Eunice)
  • Prix SACD & Scam 2020 (ensemble de son œuvre)
  •  Prix littéraire Les Grenades RTBF 2020 (Brûler brûler brûler)

Commentaires

Le mot de Renaud Maes, président du comité belge de la Scam :

Lire Lisette Lombé, c’est le rideau qui tombe, le décor qui s’effondre, le maquillage qui coule, l’essentiel qui persiste sur un fil aussi fin que tranchant. Écouter Lisette Lombé, c’est la conclusion d’Alcina, l’enchantement qui prend fin, le spectacle qui s’arrête, le patriarcat révélé, ridicule et brutal. Voir Lisette Lombé, c’est la cicatrice visible, Audre
Lorde qui refuse les prothèses mammaires, la peau ni blanche, ni lisse, ni aseptisée, la veine qui trace son sillon brûlant dans les muscles des vivant·es. C’est, pour un gay, écouter le récit de la mort de son premier amoureux… comme il en porte le souvenir.
C’est, pour une femme de chambre, lire l’intertexte des discours des maîtres d’hier devenus patrons aujourd’hui… comme elle le connaît tous les jours. C’est, pour un
afro-descendant, voir sous des UV les moisissures de la nostalgie coloniale qui ronge les consciences… comme il en a l’expérience. Lisette Lombé rompt le jeu, brise les projecteurs. Elle mesure les distances infinitésimales qui servent à dire qu’un abime nous sépare ; puis déclame le résultat sans fioritures, sans chercher à plaire, sans chercher spécialement à provoquer non plus. Avec une énergie rare, elle parle d’expériences, elle parle de vécu, elle parle de tripes et de chaleur : elle parle de ce qui est, de la complexité et de l’évidence, des outsiders qui sont la majorité des humain·es. Majorité écrasante, pourtant écrasée. Lisette Lombé parle du réel, simplement. Comme
nulle autre, comme elle seule.