LIBON Luc

Œuvres disponibles

Biographie

Né le 27 avril 1951, il habite Jodoigne.
Il est très attaché à sa région, à l’est du Brabant wallon. Il se dit francophile. Il déplore que les dialectes wallons tombent en désuétude. Il faut défendre sa langue. Pensons à Rimbaud et à sa jeunesse en période de guerre. « Il a deux trous rouges au côté droit. »
En 1970, il décroche son diplôme d’agrégé et enseigne le français à l’École normale devenue depuis le CEPES de Jodoigne jusqu’à sa retraite qu’il a prise voici 14 ans déjà.

Sa passion : la lecture et la poésie en particulier.
Ses poètes préférés vont de Rabelais et Villon jusqu’aux surréalistes et en particulier Philippe Soupault. Il défend aussi la littérature belge: louis Daubier (qu’il a bien connu puisque Louis a habité Orp-le-Grand) et aujourd’hui Carl Norac (notre poète national). Parmi les contemporains, il cite aussi Yves Bonnefoy, Philippe Jaccotet.
Patricia Fontaine est une romancière de sa région également et collabore avec Luc sur
plusieurs projets locaux. Michel Hannotiau, son complice également originaire de Jodoigne coiffe plusieurs casquettes: il est polytechnicien, mais a délaissé sa règle à calculer pour écrire un recueil de poèmes et plusieurs romans. Il est aussi peintre sur toile et c’est la photo d’une de ses œuvres qui figure sur la couverture. Elle recueille beaucoup de succès auprès du public. lue aime citer ses poètes du Monde comme son préféré le Chilien Roberto Bolaiïo dont la magnifique traduction en français est remarquable et se compose de trois énormes volumes de mille pages chacun. Du pur génie !

Luc a été un des nombreux amis de Paul Louka, un autre grand poète-saltimbanque à qui Luc dédie plusieurs poèmes dans « Le Pelleteur de nuages ». Paul et Luc visitaient les loges maçonniques du Grand Orient de Belgique ensemble au début des années quatre-vingt-dix.

Et Brassens, qu’il a vu plusieurs fois, à Namur notamment ! Et Ferré (qu’il a applaudi à Nivelles, invité par le CAL). Et Nougaro, qui lui a communiqué le virus du jazz ! Et Thiéfaine, un grand celui-là, la poésie en plein la face ! Et Renaud ! Et la chanteuse Camille qui allie un mélange de sons et associe son chant et les rythmes au djembé, La poésie qui éblouit tant elle se veut proche du« Soleil» et de la« lune». De la liberté avant toute chose. Bref, que d’artistes, chanteurs et baladins, pauvres ou riches, clown blanc ou auguste inoubliables.
En fait, tous, tant que nous sommes, devenons« Blanc» ou «Rouge», parfois en alternance plusieurs fois en une vie.
C’est ce que raconte un de ses écrivains préférés, Michel Tournier.
Proust reste un de ses favoris, mais il apprécie surtout Giono. « Je lis et relis Giono, il m’inspire, Quelle simplicité ! Quel génie ! » proclame-t-il.
Il adore les romantiques (Flaubert, Stendhal, Hugo); Baudelaire et Rimbaud, deux génies ! Le poète sait déceler la beauté. Parfois d’une manière différente, comme André Breton et toute l’école surréaliste. Il faut avoir lu Céline, même si … la poésie est aussi féminine. Luc apprécie la comtesse de Noailles, mais il aime notamment
l’originalité de la poétesse américano-libanaise Etel Adnan ou la Mauricienne Ananda Devi. Il a lu avec respect quelques œuvres de Geneviève Pastre qui a milité pour la défense des homosexuels.
Les philosophes? Un peu mais pas trop, Sartre et Simone de Beauvoir; Camus, un
visionnaire qui fait fureur sur Facebook (je me demande s’il apprécierait.)
Il estime devoir mettre Tocqueville en évidence, car la démocratie est en danger, partout dans le monde. Trump et maintenant Zemour ont remis aisément le populisme sur les rails.

On va droit dans le mur, pense lue. Montesquieu nous a pourtant prévenus et on tarde à ressortir l’Esprit des lois. Tous les feux sont au rouge carotte ou virent au brun. La peste noire n’est pas loin. la pieuvre se réveille avec ses yeux glauques en son encre noire.
Luc aura trois enfants et actuellement huit petits-enfants à qui il dédie cet ouvrage (qu’ils liront plus tard, un souvenir de leur grand-père distrait!).

Bibliographie

Le Pelleteur de nuages (Recueil de poésies) – Décembre 2021 – Editions Le livre en papier

Textes

(Extrait)

Voici
Un défilé de mots
Après la langue de bois
Voici
Des mots-tristesse
Après les rabat-joie
Hurlements de castrats
Le peuple veut des mots-joie
Les mots-arts
Que décèlent des mécènes
Gambadent les voyelles
Colorées par Rimbaud
Les mots peints sont plaisirs
Les galants les aiment
En font des bouquets roses
Des milliers d’images