BERNIER Armand


Biographie

Né le 10 février 1902, à Braine-l’Alleud, l’ami des arbres et des oiseaux, aurait eu 100 ans en 2002.  Paveurs de père en fils, ses ancêtres s’étaient établis dans le Brabant wallon depuis le XVIIIème siècle. Le futur poète entame ses études primaires à l’école communale de Chenois mais il doit les poursuivre, dès 1908, à Haine-Saint-Pierre, ses parents s’étant fixés au Pays Noir pour des raisons professionnelles. Il fréquente ensuite l’école moyenne de La Louvière, puis l’Athénée du Centre de Morlanwelz où son professeur de français, le poète Gaston Heux, lui révèle la poésie avant de l’initier à la versification. Armand Bernier se marie en 1927 et s’installe à Bruxelles avec son épouse la même année.

D’abord correcteur d’imprimerie à La Nation Belge, il entre bientôt au gouvernement provincial du Brabant, où, pour des raisons de santé, il termine prématurément sa carrière comme chef de service aux Beaux Arts en 1964. Il meurt à Forest, le 27 novembre 1969.
Armand Bernier fut également co-directeur de la revue L'Avant-Poste, avec Maurice Quoilin, de 1929 à 1940, membre du Comité des Cahiers du Nord, du Journal des Poètes et du Thyrse. Il collaborera activement à ces diverses revues ainsi qu'au quotidien L'Eclair, à la page littéraire et artistique du Soir et du Soir illustré. Chantre du Brabant wallon, il lui consacre, en 1944, une causerie, Le Brabant pittoresque, terre d'inspiration de nos peintres et de nos littérateurs, qui sera publiée, la même année, dan La Revue de viticulture et d'arboriculture fruitière de La Hulpe.   Ses poèmes furent traduits en une dizaine de langues, ainsi qu'en dialecte wallon par les soins de Marcel Meulemans et d'Ernest Haucotte. Ils inspirèrent aussi de nombreux musiciens, en autres, René Bernier, Gilbert Neirinckx et Francis de Bourguignon.

Poète, conteur, essayiste, chroniqueur littéraire et artistique, Armand Berbier est titulaire de nombreux prix.
Le 24 mars 2000, une Fondation Armand Bernier a vu le jour. Son but est, entre autres, de promouvoir l'oeuvre du poète qu'elle se propose de rééditer au fil du temps. Son siège est situé 131 Avenue Jupiter, boîte 8, 1190 Bruxelles (02/345 66 98)


Bibliographie

  • Les heures incertaines,  Bruxelles, La Renaissance d'Occident, 1925. 
  • Le Livre fervent, avec des poèmes liminaires de Philéas Lebesgue, Gaston Heux, Jean Lebrau,  Paris, Éditions de la Revue Mondiale, 1928. 
  • Portes obliques, Verviers, L'Avant Poste, 1931.
  • Le Carrousel d’Ennui, Verviers , L'Avant-Poste, 1931. Prix Verhaeren.
  • Angelo ou Le Dieu que les femmes rendirent mortel, Liège, L'Avant Poste, 1933. 
  • Le voyageur égaré, Verviers, L'Avant-Poste, 1934. Prix de la Province du Brabant.
  • Jules Supervielle, par G. Adam, A. Bernier, M. Carême [et al.]. Verviers : Mathy, 1935.  ( L'Avant-Poste. Cahier spécial). 
  • Le Sorcier Triste, Paris, R.-A. Corréa,1936. Prix Polak.
  • Destin de la poésie, Bruxelles, Le Cahier du Journal des Poètes, 1936. Serie Essais.
  • Aubes, Bruxelles, L'Avant-Poste, 1937. 
  • Quatre Songes pour détruire le Monde, Dessin de Elisabeth Ivanovsky, Bruxelles, L'Avant Poste, 1938.
  • Le Brabant pittoresque, terre d'inspiration de nos peintres et nos littérateurs,  La Hulpe, Ecole provinciale de viticulture et, d'arboriculture fruitière, 1944. 
  • Dans les Vergers de Dieu, 1946.
  • Il y a trop d’Etoiles, Bruges,  A.G. Stainforth, 1948. Prix triennal de poésie du Gouvernement.
  • La Famille Humaine, 1949.
  • Prestige du songe : [4 mélodies] pour chant et piano, sur des poèmes d'Armand Bernier,  musique de René Bernier.  Paris, Rouart-Lerolle & Cie, 1950. 
  • Scelta di poesie,  Pesaro, Il Sentiero dell'arte, 1951. (Narratori e poeti stranieri). Édition bilingue Français/Italien. 
  • Migration des Ames, 1952. Prix Edgard Poe.
  • Le monde Transparent, Bruxelles, Dutilleul, 1956. (il réunit la quintescence de ces différentes plaquettes en un volume unique) Grand prix quinquénal Albert Mockel, décerné par l’Académie Royale de Belgique, pour l’ensemble de son œuvre.
  • Migration des ames : pour voix moyenne et piano : Op.45 , poèmes d'Armand Bernier ; [musique de] Vic Legle,  Bruxelles, Cebedem, 1956. 
  • Deux poèmes d'Armand Bernier [pour 1 voix et piano], Eloge de la terre; Sifflez, merles, sifflez, Bruxelles, Brogneaux, 1956. 
  • Suite sylvestre, sept poèmes d'Armand Bernier, pour voix moyenne et piano, [musique de] Maurice Schoemaker,  Bruxelles, Cebedem, 1958. 
  • Automne, anthologie poétique, Tournai, Unimuse, 1958. 
  • Hiver, anthologie poétique, Tournai, Unimuse, 1960. 
  • Aux Vitres de l’Eternité, 1963, (vient compléter le précédent).
  • Quelques fables, satires, apologues et poèmes : adaptés en dialecte du centre hennuyer, La Louvière, Mouchon d'Aunia, 1964. 
  • La goutte de pluie : pour chant et piano, poème extrait du recueil d'Armand Bernier "Il y a trop d'étoiles" ; [musique de] Jean de Middelee, Bruxelles, Cebedem, 1965. 
  • Place Poelaert : pour chant et piano, Jean de Middeleer, poème d'Armand Bernier.  Bruxelles, Cebedem, 1965. 
  • Poèmes retrouvés, Bruxelles, Ed. André De Rache, 1971.
  • Les poèmes d'Armand Bernier, Bruxelles, André De Rache, 1971.
  • Que Dieu m'accueille avec les oiseaux : pour chant et piano : Op.51, poème d'Armand Bernier, [musique de] Arie Van de Moortel.  Bruxelles, Cebedem, 1974. 
  • Poèmes choisis, Bruxelles, Ed. de l'Audiothèque, s.d.
  • Symphonie ouvrière, suivie de, Aubes, avec des textes de Claudine Bernier ...´[et al.]. Waterloo, Centre culturel, 1997
  • Correspondance Bernier - Ghelderode, 1932-1939, par Jean Lacroix,  Waterloo, Centre culturel de Waterloo, 1997.
  • L' ami des arbres et des oiseaux, Bruxelles, Editions du Belvédère, 2002.
  • 7 contes,  Verviers, Editions de l'Avant-Poste, s.d.
  Divers albums seront publiés parallèlement :  
  • L’Ami des Arbres et des Oiseaux, 1954.
  • Bruxelles la Mal-Aimée, 1959.
  • Quelques fables, satires, apologues et poèmes, 1964.
  • Symphonie ouvrière,  Paris ; Bruxelles, L'Églantine, 1934. Roman autobiographique dans lequel l’auteur évoque ses souvenirs d’enfance.
  • Sept contes, 1929.
  • Le village des hommes heureux,  Illustrations d'Albert Decrans,  Bruges,  A.G. Stainforth, 1946.
  • Geneviève de la forêt, Bruges, Les Éditions A.G. Stainforth, 1946. 
  • Destin de la poésie, essai, 1936. Auguste Marin, le poète à l’âme de cristal, essai, 1945.
  • Pensées et Réflexions d’un Ephémère, 1965.



Théâtre :

  • Angelo ou le dieu que les femmes rendirent mortel (1933)

  • El Bouc Sorcî

  • L'Initiation au clair de lune, Pièce en un acte, Verviers, L'Avant-poste, 1933.

 

Textes


Le Monde Transparent   Quatre songes                           A Maurice Carême   D’un battement  de cils, je transforme le monde. Voici la mer déferlant sur les villes. Voici l’eau verte sur les toits, et des poissons et des étoiles de mer, à chaque vitre. Voici la montagne qui s’allonge comme une bête dans la plaine. La lumière s’éteint aux petites maisons qu’on voyait respirer paisiblement. Elles ont de la neige dans les yeux, elles sont mortes.   Que suis-je, parmi ces forces ? Que suis-je, moi, dont les paroles font un bruit d’eau ?     Incantations du Sorcier qui se change en Arbre   C’est ici, parmi les branches, c’est ici que je respire sans épouvante, que mon âme devient aussi légère qu’un oiseau, qu’ouvrir les yeux est un poème. Le ciel traverse le feuillage en répétant : douceur, douceur. Le soleil est dessus et dessous chaque écorce. La source chante en se taisant et les pollens fuient dans le vent comme une écume de lumière. C’est ici que je parle à Dieu, que mes mots sont comme un essaim d’abeilles heureuses.                                            A Albert Mockel   Laissez-moi seul dans la forêt ; mes pas d’errant ont pris racine dans cette tiède et souple argile. Laissez-moi seul dans la forêt, avec la pluie aux mots de pureté, Avec le vent, avec les grandes orgues du vent. Il y aura, sur mon épaule verte, des oiseaux qui descendront boire. Des chevreuils brouteront l’écorce de mes pieds. Laissez-moi, je me blesserai doucement, pour fleurir entre l’herbe et la lumière.     Eloges   L’Argile   L’argile est belle et vit dans une grâce heureuse. Elle abrite, en son sein, tant de bêtes peureuses. L’arbre y cherche un appui pour affronter le vent. La pluie, qui la connaît, la parcourt en chantant. L’argile fut jadis le feu mouvant d’un astre Et c’est en souvenir de son passé de faste Qu’elle a gardé des tons de flamme et d’or léger. Retrouvant cette joie que durent éprouver Ceux qui firent la cruche et l’amphore et le vase, Parfois enveloppant d’un long regard d’extase Toute la plaine où dort le miracle argileux, Je chante pour l’argile et crois parler à Dieu. Vient le temps, où le feu du ciel touche la terre. L’argile, alors, fermente et se fait si légère, Qu’elle devient écume et monte et de ses fleurs, Crée une symphonie aux accents de couleurs. L’argile, ainsi, répond aux appels du mystère. La fleur n’est pas du ciel et n’est plus de la terre : C’est l’insigne beauté de la création, Clarté cristallisée en faisceaux de rayons. Je marche dans le vent. Je suis un dieu qui rêve. De partout, vont jaillir des paroles de sève.       De la haine à l’amour   La haine, comme elle aide à vivre, Cette étrange et noire liqueur. Comme le vaincu qu’elle enivre Se sent plus fort que son vainqueur. La haine, comme elle aide à vivre !   Je l’écoutais, pendant la guerre, Monter du plus profond de moi Sous l’empire de la colère, Cette juste et farouche voix Qui n’acceptait pas de se taire.   Que la vie avait peu de prix, Alors que triomphaient les traîtres, Quand la peur étouffait nos cris, Quand nous n’avions que le mépris Comme lampe au sein des ténèbres.   Que commence une autre saison, Sous mon toit, que l’amour fleurisse. Je suis heureux, dans ma maison. Adieu, les temps d’apocalypse. Que commence une autre saison.

Commentaires


Le monde Transparent   C’est vraiment une poésie de l’âme, constate Marcel Arland, dans sa préface à Migration des Ames. Hugues Fourras souligne, dans le Figaro littéraire, que les vers d’Armand Bernier ont des transparences d’eau pure. Roger Bodart estime que le poète les taille dans du cristal. Robert Vivier voit l’œuvre de l’auteur suspendue dans une brume de lumière. Pour Nestor Miserez, elle reflète la face lumineuse et intouchable de l’idéal, tandis qu’André Gascht la compare à une flèche de cathédrale pointée vers Dieu. S’il a volontiers chanté les arbres et les oiseaux, l’inquiétude métaphysique et la fraternité humaine restent également parmi ses thèmes de prédilection.