ANNULÉ ! Seul en scène : « A-vide », par Charlotte Simon

Anciens événements

Informations sur l’événement

[ANNULÉ ! C’est à regret que nous vous adressons ce petit message, à la suite des nouvelles mesures appliquées en Wallonie, dans la lutte contre le coronavirus. Les institutions culturelles doivent fermer jusqu’au 13 décembre, sans aménagement possible des activités. Notre Festival Mots-aïque est la victime, comme de nombreux événements, de la situation actuelle. C’est bien évidemment une amère déception que de voir ce Festival que nous organisons avec soin depuis des mois être annulé. Nous étions particulièrement fières de présenter un si joli programme et allons faire de notre mieux pour reporter les événements en 2021. Merci à vous d’avoir répondu présents, en réservant vos places pour la Convivialité, A-vide, la lecture des jeunes poètes… Nous espérons pouvoir continuer à faire vivre la culture au mieux et vous retrouver très bientôt ! ]

Dans le cadre du Festival Mots-aïque

  • Veuillez noter que, durant cette période de Covid, tous les événements (y compris l’exposition et la bourse aux livres) ne seront accessibles que sur réservation. Merci de votre compréhension !

C’est qu’au théâtre, on raconte des histoires. Des histoires claires avec des mots clairs. Qui bredouille se tait. Qui hésite meurt. Qui tremble sort.

Et pourtant, Charlotte est au plateau. Menue, timide, sans rien à raconter que son histoire de rien. Histoire de vide, de balancement. Son histoire qui ne se raconte pas avec ses mots qui ne sortent pas clairs.

Élaboré comme une véritable performance, Charlotte se perd dans les méandres des mots, danse et virevolte sur la musique live de Jérôme, oppose au langage rationnel l’impulsion du corps.

Manifeste pour un théâtre où la parole se fragmente, se déploie, s’enflamme ; manifeste pour un théâtre du mouvement et du poème enragé ; manifeste pour un théâtre où l’incendie naît d’un grand aveu : nous n’avons rien à raconter que nos histoires de rien et que nos vides à faire danser.

Une création d’Aurélien Dony, assisté de Nathalie De Muijlder – musique de Jérôme Paque.

© Jean-François Flamey