ANNULÉ ! Conférence-spectacle : « La Convivialité », par Arnaud Hoedt et Jérôme Piron

Anciens événements

Informations sur l’événement

[ANNULÉ ! C’est à regret que nous vous adressons ce petit message, à la suite des nouvelles mesures appliquées en Wallonie, dans la lutte contre le coronavirus. Les institutions culturelles doivent fermer jusqu’au 13 décembre, sans aménagement possible des activités. Notre Festival Mots-aïque est la victime, comme de nombreux événements, de la situation actuelle. C’est bien évidemment une amère déception que de voir ce Festival que nous organisons avec soin depuis des mois être annulé. Nous étions particulièrement fières de présenter un si joli programme et allons faire de notre mieux pour reporter les événements en 2021. Merci à vous d’avoir répondu présents, en réservant vos places pour la Convivialité, A-vide, la lecture des jeunes poètes… Nous espérons pouvoir continuer à faire vivre la culture au mieux et vous retrouver très bientôt ! ]

Dans le cadre du Festival Mots-aïque

  • Veuillez noter que, durant cette période de Covid, tous les événements (y compris l’exposition et la bourse aux livres) ne seront accessibles que sur réservation. Merci de votre compréhension !

« La Convivialité » est une conférence-spectacle sur l’invariabilité du participe passé des verbes qui utilisent l’auxiliaire avoir en fonction de la position du complément dans la phrase. Une approche pop et iconoclaste, pour dédramatiser un débat et aussi parce qu’il faut bien avouer que l’Académie Française a un vrai potentiel comique.

Pourquoi « pop » ? C’est pop, parce que c’est populaire, par essence. Tout le monde possède une orthographe et chacun a un avis et un vécu à ce sujet. C’est pop, parce que cela ouvre des perspectives et prend le contrepied d’un sujet confisqué et trop souvent abandonné à une pensée élitiste ou académique. Pourquoi « iconoclaste » ? C’est iconoclaste parce que l’orthographe française est un dogme. Elle n’est pas susceptible d’être remise en question. Or, la liste de ses absurdités est longue. C’est iconoclaste, parce que nous proposons au public d’interroger ensemble et en profondeur les règles de l’écriture de la langue et leurs conséquences sur la construction de nos identités sociales.

« Nous avons été profs de français. Sommés de nous offusquer des fautes d’orthographe, nous avons été pris pour les curés de la langue. Pourtant, nos études de linguistique nous ont appris que la norme orthographique française est très souvent arbitraire et pleine d’absurdités. Nous avons progressivement pris conscience des enjeux politiques et sociaux cachés derrière ces questions linguistiques. Après avoir partagé ce constat avec le metteur en scène Arnaud Pirault, nous avons décidé de créer un spectacle. Durant plus d’un an, nous nous sommes replongés dans des ouvrages théoriques, nous avons recueilli des témoignages et rencontré des linguistes et des pédagogues. »

© Kevin Matagne