CROKAERT Monique


Biographie

Bibliographie

Textes


O lumière si dépourvue de soleil !

Mon état est stagnant et lent.
Je ne retrouve pas cette verve du mot.

Pleure est une ivresse du temps passé.
Rire est un grand jeu.
Dormir est mon rêve,
un rêve qui abîme la vie.
Je suis silencieuse.
Je souhaiterais revoir mon passé,
mes pas au Parc de Bruxelles bousculant
les cerceaux des petites filles.

Les images sont intactes,
et moi, grande fille, je regrette ce temps.
J'ai peur de l'oubli,
d'imaginer des pages blanches.
La sarbacane est un jeu solitaire,
dans ma mémoire je revois le paysage de larmes des arbres.
La nuit est stationnaire, elle ne dit rien.
Cette eau stagnante, qui dormait le long de mon corps,
multitude de spasmes regardant l'évidence.
le sensibilité anormale de l'être.

J'ai besoin de sommeil et d'oraisons fantasques.
Mes phalanges, douces, s'endorment dans la nuit de l'hiver.
Admirable instant que de se retrouver soi-même.

extrait de Sulfure d' Alcyone

Commentaires


[...] Ce qui séduit cependant dans la démarche poétique de Monique Crokaert c' est qu' on y parle le langage de tous les jours, de tous les coeurs. L' auteur n'invente pas des images sophistiquées et ne se contorsionne pas pour être originale.
La vraie poésie se passe des exercices de gymnastique.
Son écriture est donc limpide, plus que son âme peut-être. Mais au fond de toute femme, la fillette innocente ne subsiste-t-elle pas, ajoutant un charme ambigu à des confidences qui ne sont pas les siennes ? [...]

Thomas Owen
, extrait de son avant-propos de Sulfure d' Alcyone

Coordonnées