COLLETTE Henri


Biographie

Bibliographie

Textes


Nèni   Assis d’zos l’crucifis, dju sin v’ni l’pâye è m’cour D’ôtre clap’ter lès sabots so l’pavée dol cuhène Et d’houmer ciste odeûr mèlée d’créme èt d’ansène Qui sofèle à goûrdjons foû dol câve èt dol coûr.   Tins quu l’cinsî raisone so l’aparance do foûre, Su fèye, bastie d’rodje lârd, vèyant ruv’ni l’wasène, Mèt l’coquemâr djus do feû, po-z-aller al wihène : On s’pôreût bin doter qu’èle vont djâser d’amoûr !   Dju vins d’azès tropiques : lu viyèdje, c’est l’frisse ombe. Dju m’plaireû bin volà ..., s’i n’i f’sahe nin si sombe Et su leûs-idèyâl crèhahe pu haut qu’leûr r’gon.   Mais leû vèye èst si pâle quu leûs tchifes sont ros’lantes ; Nèni, dju coûr èvôye : i vikèt comme dès plantes ... Vîve lu payis dès palmes, mâgré lès scorpiyons !     Non   Assis sous le crucifix, je sens venir la paix en moi À entendre le bruit des sabots sur le dallage de la cuisine Et à respirer cet odorant mélange de laitage et de fumier Qui s’exhale par bouffées de la cave et de la cour.   Pendant que le fermier pérore sur l’apparence des foins, Sa fille, rougeaude bien en lard, voyant rentrer la voisine, Retire la cafetière du feu pour aller à la causette : On se douterait bien qu’elles vont parler de leurs amours !   Je reviens des tropiques : le village, c’est l’ombre fraîche. Je me plairais ici ... s’il y faisait moins sombre Et si leur idéal montait plus haut que leur seigle.   Mais leur vie est terne autant que leurs joues sont vermeilles ; Non, je m’enfuis : ils végètent comme des plantes... Vive le pays des palmes, malgré les scorpions !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires



Disponible(s)

Coordonnées