de BODT Jean-François


Biographie

Naissance à Uccle le 1er octobre 1955 sous le nom de Jean-François de Bodt.

Etudes gréco-latines à Bruxelles. Enchantement à la lecture de l'Odyssée d'Homère. Amateur de blues, de jazz et de rock, des rythmes qui marqueront ses premiers écrits.

En 1974, reçoit un vif encouragement de l'éditeur et écrivain Luc Estang.

Voyage au Rwanda en 1975 où il réalise un film documentaire, Muraho.

1976, participe à l'Anthologie Cinq poètes du Nord, publiée par le Castor Astral.

1978, passe une année à Paris au cours Simon.

Fin des années 70, début des années 80, participe à plusieurs tournées internationales du Plan K, la troupe de Frédéric Flamand.

1984, expose ses peintures au Théâtre Banlieue à Ixelles.

Plusieurs amitiés jalonnent son parcours littéraire : Marc Dachy, Frédéric Baal, Jacques Izoard, J. M. Coetzee.

Son oeuvre est marquée par un balancement entre une quête spirituelle intense et une recherche de l'ivresse du corps. Une oscillation qui se retrouve dans la forme épurée de sa poésie et le foisonnement baroque de ses textes en prose.

Dans les années 90, s'installe en Thaïlande où il se marie.

Meurt à Bruxelles en 1997.

 

François Muir [en ligne]. Service du livre luxembourgeois, s.d. [consulté le 01/02/12] Disponible sur : www.servicedulivre.be/sll/fiches_auteurs/m/muir-francois.html

Bibliographie

Sous le nom de Jean-François de Bodt :

  • Voix, poèmes, Bruxelles : éditions Henry Fagne, 1976.

  • L'erailleurs yeux, poèmes, Grivegnée : Atelier La Soif Etanche, 1976.

  • Nuit, Aube, poèmes, Bruxelles : éditions Henry Fagne, 1977.

  • Dessins, Bruxelles : Théâtre Banlieue, 1984.

Sous le nom de François Muir :

  • Walla, récit, Paris : Transédition, 1986.

  • Monsieur Rutil, roman, Paris : éditions Ledrappier, 1987.

  • Le Palais des Haches, roman, Bruxelles : Didier Devillez éditeur, 1995. (The Axe Palace, traduit en anglais par Michael Woosnam-Mills, Didier Devillez éditeur, Bruxelles, 2002.)

  • Le Vigile, roman, précédé de Walla, récit, Bruxelles : Didier Devillez éditeur, 1996. (Monsieur Rutil, Watchman, traduit en anglais par Michael Woosnam-Mills, Didier Devillez éditeur, Bruxelles, 1999.)

  • Ce qui fut le ciel, poèmes, Châtelineau : Le Taillis Pré, 1996.

  • L'Hypothèse du Miroir, poèmes, Bruxelles : Didier Devillez éditeur, 1996.

  • La Tentation du Visage, poèmes, Bruxelles : Didier Devillez éditeur, 1998.

  • Itinéraire de l'Eclipse, poèmes, Bruxelles : Didier Devillez éditeur, 1999.

  • Les Disparitions, poèmes, Bruxelles : Didier Devillez éditeur, 2000.

  • Le Mort des Commencements précédé de Dans l'Ignorance des Territoires, poèmes, Bruxelles : Didier Devillez éditeur, 2001

Textes


Grande chaleur de machine-flot
et tumulte chlorhydrique
de salpêtre boisé
expuant-crétant-communiant
papier avec caractères
linotypes pour
informatisation distribuée
étouffant malgré/hors de couloirs de vent froid
montée apathique vertige
crevaison shismatiquqe vocale cataracte
des arbres nus
de leurs poitrails nus
de leurs racines nues et encombrées
Tonnerre du temps
Cristalisation sur i-un point
de russe roulette échancrée
mesurable en durée
de quelques centimètres
de haut et de large
et pas d'épaisseur
Du temps
partout
sans synthétisation compression de limite
ou de chronométrage minutage
sueur carnassière
dans nerfs
dans articulations aboyantes
dans éclat de jet de crématoire lait
et alors crépitation mocotive
de sustantation sur bouteilles
à la mer dans
odeur de puanteur
stochastique
De l'humeur maussade
bonne
mauvaise
orbrouillard olfactif
Des claquer de portes
remuer les fenêtres
renverder les lampadaires

sur ville de plomb
torchis mécaniques
d'escale motorisées
de débarquement solitaires
en peine perdue
d'agripper les gens

extrait de Voix

Commentaires



Disponible(s)

Coordonnées