BLUME Jean


Biographie

Jean Blume a hérité de ses ascendants maternel (il est le fils d'Isabelle Blume) et paternel un solide attachement aux causes sociales, au monde du travail, au pacifisme, à l'humanisme. Il est profondément allergique à tout esprit de secte.

Grand lecteur, il n'a jamais cessé de compléter des études, qui, après les humanités gréco-latines, se sont arrêtées après un bref passage à l'ULB. Il possède une connaissance passive suffisante de l'anglais, de l'allemand, de l'espagnol, du flamand, s'intéresse beaucoup à l'histoire ancienne et moderne. Ses goûts en littérature sont d'un éclectisme absolu, mais il aime particulièrement la littérature anglo-saxonne.

Auteur de nombreux articles, documents et brochures politiques, il a publié deux plaquettes de poèmes : " Orthographe " et " 6 dont 1 ", et " Drôle d'agenda " que nous pouvons considérer comme ses mémoires.

source : wikipédia

Bibliographie

  • Orthographe et autre poèmes, Quatre feuilles Editeur, 1972.
  • 6 dont 1, poèmes, André De Rache, 1981.

Textes


La cantilène du cap lands end

Le coeur peut pleurer sans larmes
L'amour flambe sans se consumer
C'est vrai
Ce que dit la chanson
Mais je ne le savais pas

C'était au temps
où les oiseaux criards nous chiait sur la tête
Et j'avais dix-sept ans
Et je ne te connaissais pas

Le chalutier venait d'Ostende
Il m'en souvient
Et pour gagner la mer d'Irlande
Il nous fallait virer plein Nord
Sous le mufle du cap lands End
Que je n'avais pas vu
Je tirais sur la barre comme un enfant perdu
Le temps était gris et l'eau méchante
C'est le second du bord

Il s'appelait Jan Baert
Et portait un nom de corsaire
Mais c'était un ami
Qui me dit
Regarde
C'est le Cap Lands End, le cap de la fin de la terre

C'était au temps
Où les oiseaux criards nous chiaent sur la tête
Et j'avais dix-sept ans
Et je ne te connaissais pas

Je ne savais pas que le Cap Lands End était le commencement du monde
C'était un monstre informe et cruel
Triste et sans pudeur
Qui regardait comme un voyeur immonde
La mer d'Iralnde griffer les vagues de l'Atlantique
Comme une putain du port griffe le visage de son maqueureau

Le coeur peut pleurer sans larmes
L'apour flambe sans de consumer
C'est vrai
Ce que dit la chanson
Mais je ne le savais pas

Pourquoi dit-on maquereau pour injurier quelqu'un ?
C'étaitt le maquereau que nous pêchions
Et je croyais
Pardonne-moi
Quand le chalut versait les maquereaux par tonnes sur le pont
Je me croyais le favori d'une sultane de légende
Déposant à mes pieds en présent d'amour
Des poignards d'argent sertis d'émeraudes
Je le croyais jour après jour
Pardonne-moi
Et j'étais heureux
Léchant le sang de mes poings blessés
Comme je ne le fus plus jamais
Pardonne-moi
j'étais amooureux de la mer d'Iralnde
Et d'une sultane qui ne te ressemblait pas

C'était au temps
Où les oiseaux criards nous chiaient sur la tête
Et j'avais dix-sept ans
Et je ne te connaissait pas

La mer d'Irlande c"est une mer
Comme les autres
Tu ne sais jamais ce qu'elle veut
Tu ne sais jamais si c'est toi ou les autres
Qu'elle veut  blesser ou mordre
Tu voulais qu'elle t'aime
Quand elle ouvre son manteau gris fer
Pour danses blanche dans tes yeux
Pour jeter du sel sur les blessures de tes mains
Et déposer ç tes pieds
Comme une sultane des contes d'Orient
Des poignards d'argent sertis d'émeraudes
Mais tu ne sais rien

Le coeur peut pleure des larmes
l'amour flambe sans se consumer
C'est vrai
Ce que dit la chanson
Mais je ne le savait pas

Mais un jour Jan Baert le corsaire
Mit le cap au Sud
Il m'en souvient
Le temps était beau et l'eau claire
Et pour gagner le port d'Ostende
Il nous fallut virer à l'Est
Sous le mufle du Cap Lands End
Que je n'avais pas vu
Je tirais sur la barre et songeait à l'amour perdu
Mais mon ami
Me dit
Regarde
C'est le cap Lands End, le cap de la fin de la terre
J'ai tant oublié vois-tu
Mais ce souvenir me reste

C'était au temps
Où les oiseaux crairds nous chiaient sur la tête
Et j'avais dix-sept ans
Et je ne te connaissais pas

Ce fut la naissance du monde
Le Cap Lands End me souriait
La mer d'Irlande et l'Atlanque reposaient
Dans les bras l'un de l'autre
Tels des amoureux satisfaits
Fillette et garçon innocents
Ou putain et maquereau qu'importe
Ils étaient le mirage mouvant de la tendresse

Et j'étais heureux
Et je n'étais pas jaloux de la mer d'Iralnde
Et le cap Lands End me la désignait du regard d'un air narqois
Il voulait me parler d'elle je crois
Mais il fallait gagner Ostende
Avec un chalutier plein de poignards
D'argent sertis d'émeraudes
Présentts d'amour d'une sultane d'Orient
A vendre au plus offrant
Comme il était d'usage
Et du vieux cap Lands End j'ai perdu le message
Comme j'ai perdu Jan Baert le corsaire
Mon ami
Et mes dix-sep ans dont je ne savais plus que faire

J'ai cru à ce moment j'ai cru
Pardonne-moi
Qu'im ne me restait rien
Que le dernier regard
Du cap Lands End

Le coeur peut pleurer sans larmes
L'amour flambe sans se consumer
C'est vrai
Ce que dit la chanson
Mais je ne le savais pas
Je n'ai jamais revu le cap Lands End
Ni la mer d'Irlande
Ni Jan Baert le corsaire mon ami
Ni l'Atlanqique en ses jours tendres
C'est sur la terre que j'ai fait
La vie qui est celle de tout les hommes
Me dit-on
Ce qu'on appelle une vie
Et qui paraît-il est si bon

Il me souvient t'avoir rencontrée et perdue
Mais j'ai fait la guerre en te perdant
Et c'est surtout la guerre qui m'a pris mon temps
Elle m'a pris mon temps la garce la laronne
Et m'a pris mes amis et m'a ravi le don de double vue
Qui peuplait mon coeur de sultanes de légende
Et de monstres goguenards

Figure-toi
Quand j'entends aujourd'hui les deux mots être heureux
Je ne revois rien ni personne
Figure-toi
Rien ni personne
Même les poignards
D'argent sertis d'émeraudes
Je ne les vois plus
Tous les manteaux gris de fer me donnent le cauchemar
Et quand il s'ouvrent il n'en sort plus rien de vivant

Je songe seulement
Au bruit des vagues quand le bateau se mettait en trravers

Au vent
Pour recevoir son chalut

Je songe comme il faisait bon dormir une heure sur le pont
Je songe aux bons parfums de poissons mourrants et d'huile chaude
Je songe au cap Lands End à son dernier regard
Et puis à personne
Et puis à rien
Et tout ça souviens-t'en

Cétait au temps
Où les oiseaux criards nous chiaient sur la tête
Et j'avais dix-sept ans
Et je ne te connaissais pas

Il faudra bien que je te parle de la guerre
Puisq'elle nous a tué tous les deux
Prends garde à toi
Il n'y aura pas dans mon discours
Aucun poème à ta mémoire

J'avais à me soucier des vivants et des morts
J'étais chez les vivants et je faisais des morts
J'étais parmi les morts je faisais des vivants
C'est une diablesse d'histoire
dont on pourrait parler cent ans
Sans jamais la faire comprendre
et tu n'y as aucune part
Figure-toi

Tous les morts font une prière
A leur Bon Dieu à leurs parents
A la vierge et à leur enfants
A leur sultan d'Orient
Moi je n'ai jamais prié rien
Ni personne

Je pensais au monstre païen
Gardien des trésors de la mer
Et de l'amour de l'océan
Monstre éternel
Témoin des premiers jours du monde
Parfois tendre et parfois immonde
Inamovible et dur
Et cruel
Et rongé par les flots
Protecteurs d'amours perdus

Que disais-je je ne sais plus
Je ne faisais pas de prière
Au Bon Dieu ou à mes parents
A la vierge ou à mes enfants
A ma sultane d'Orient
Moi je n'ai jamais rien prié rien
Le Lands End était mon copain
Et tous les deux on restait vivants

Le coeur peut pleure sans larmes
Lamour flambe sans se consumer
C'est vrai
Ce que dit la chanson
Mais je ne le savait pas
Et je ne le sait pas encore
Pardonne-moi
Les deux mots être heureux je ne les ai compris qu'une fois

C'était au temps
Où les oiseaux criards nous chaient sur la tête
Et j'avais dix-sept ans
Et je ne te connaissais pas

extrait de Orthographe et autres poèmes

Commentaires



Coordonnées