VAN COPPENOLLE Renée


Biographie

Née à Arlon le 3 avril 1920.  Dominicaine.  Africainiste
Prix de philosophie et lettres Broquette Gonin.

Bibliographie

Poésie
  • Six plaquettes de poésie classique, Ed. Fichermont.
  • Arlon une ville, une mère, Ed. Everling, Arlon.
  • Le voyage à Paris, Ed. du Sorbier, Arlon.
  • Le Rosaire, Ed. Dieu-Brichart, Ottignies-Louvain-La-Neuve.
  • Deux plaquettes de poèmes à colorier pour les enfants.
  • Poèmes à la Vierge Noire, Ed. Maison St-Dominique, Bruxelles.
  • La prière émerveillée, Ed. J. Dieu-Brichart, Ottignies L.L.N.
Prose
  • Contes de Muakudi l'Africaine, Ed. Fichermont.
  • Contes de ma rizière, Ed. Fichermont.
  • Les enfants aux pieds nus, Nouvelles, Ed?
  • . du Sorbier, Arlon.
  • Bapende, contes, légendes et fables, Ed. Dieu-Brichart, Ottignies-Louvain-la-Beuve.
  • Un prêtre poète : Jean Kobs, essai Ed. Jean Brichart à L.L.N. Couronné par l'Académie française.
  • Nkashaama le Léopard et Kabundi la Mangouste, fables du Kasi oriental, Ed. St-Paul à Kinshasa.
  • Vers la croix du Sud, Récit de voyage, Ed. J. Dieu-Brichart à Ottignies Louvain-La-Neuve.
  • Joyeux Noël ! Un ensemble sur la fête de Noël, Ed. Dieu-Brichart à Ottignies Louvain-La-Neuve.
Théâtre
  • Saynètes pour l'enseignement secondaire du zaïre.
  • Le revenant, Ed. Dieu-Brichart.
  • La grande famine, d'après une fable du "cycle de la mangouste", Ed. S-Paul, Kinshasa.

Textes


LA FETE

Le carrousel des jours s'inscrit dans cet espace
D'un orgue Limonaire au Quai des Esclavons.
Lâche les rênes d'or des rêves qui s'en vont,
L'étincelle au sabot, vers l'enfance qui passe.

Sur les chevaux de bois, tournons.  C'est la ducasse.
Je cherche en ton regard ce bleu du ciel profond
Où lumière et manège, amour, tout se confond
Dans un fol tourbillon dont tu n'est jamais lasse.

Dans l'envol éclaté d'un lâcher de ballons,
Eblouis de soleils effeuillés, nous allons
Parmi les confettis qu'en nous neige la joie.

Traversons les miroirs et les mille arcs-en-ciel,
Tenant ferme en nos mains ce bouquet qui rougeoie.
Nos foulards dénoués au vent signent le ciel.

Commentaires