DEMAUDE Jacques


Biographie

Né à Quaregnon (Borinage) le 22 avril 1937. Il a fréquenté les athénées de Mons et de Dour, l’Institut d’Etudes Sociales de Mons, la Faculté de Théologie Protestante de Paris. Objecteur de conscience privé de ses droits civils et politiques jusqu’en février 1965, il a exercé diverses professions, en dernier lieu celle de journaliste. Après un silence de vingt ans, il se consacre à la poésie ainsi qu’à la traduction poétique depuis 1983.

Bibliographie

Recueils publiés :

  • Licht bin ich. Falaises, 1980.
  • La vermine et la gloire : poèmes. Falaises, 1986.
  • Les déserts se réjouiront : poèmes. Falaises, 1981.
  • Entre le mourir et le naître. L’Arbre à paroles, 1990. (Temps réel ; 6).
  • Une rencontre avec Milosz. Orbes, 1995.
  • L’envol d’un soleil. Orbes, 1998.
  • La Lumière attendait devant nous : hymne. Orbes, 2001.
  • Aucun oubli...Orbes, 2004.
  • Parlant avec la terre. Orbes, 2004.
  • Chante le monde à l’ange. Orbes, 2005.
  • L'ombre des saules. Orbes, 2006.
  • Un bruit de rosée. Orbes, 2007.
  • La nuit veut une étoile. Orbes, 2008.
  • Demeure ardente. Orbes, 2009.
  • Formes, clartés, portes charnelles. Orbes, 2011.  
  • Tu es devenu ton rêve, 13 haïkïs de Jacques Demaude et 13 encres de Jeanne-Marie Zele.Orbes, 2011.
  • La mer au printemps, 31 lavis de Jeanne-Marie Zele, 31 tankas de Jacques Demaude, Orbes, 2011.
  • Réveiller l'aurore, Le Taillis Pré, 2012.

Traductions publiées :  

  • Rose Ausländer : L'autre schéhérazade. G.R.I.L., 1990.
  • Friedrich Nietzsche : Dialogue du Voyageur. G.R.I.L., 1990.
  • Georg Heym : Le jour éternel. Orbes, 1991.
  • Ernst Stadler : Résurrection et autres poèmes. Orbes, 1994.
  • Georg Trakl : Printemps de l’âme et autres poèmes, 1996.
  • Bertolt Brecht et son entourage : apéritif poétique du 18 avril 1998 au Centre International à Bruxelles.
  • Friedrich  Hölderlin : A l’Espérance. Orbes, 2002 - Trois Elégies. Orbes, 2001 - Six Hymnes. Orbes, 2005.
  • Georg Trakl ou l'horreur de la descendance inenfantée. Les Élytres, 2003. Actes du Colloque "Georg Trakl" organisé le 17 octobre 1998 à la Maison de la Poésie de Namur et ppublié dans lans Sources, n°23, octobre 1999. 
  • Basho : J'annonce l'aurore : trende-quatres haïkaïs. Orbes, 2007.
  • Heinrich Heine : Le chant des tisserands et autres poèmes. Orbes, 2008.
  • Des vents bondissent... Poèmes issus du premier carnage mondial. Orbes, 2010.
  • Alfred Lichtenstein :  Les signes et autres poèmes. Orbes, 2010.
  • Ernst-Wilhelm Lotz : Nous avons retrouvé la splendeur et autres poèmes. Orbes, 2010.
  • Schiller ou l'intelligence de la nécésssité. Orbes, 2009.

Collaborations diverses : Revue de l’A.C.I.L.E.C.E., Lectures, Pî, Sources, Le Journal des Poètes, Inédits, Le Spantole, Parterre verbal, Jalons, Ad Veritatem, Poésie directe, Les Elytres du Hanneton...  

Sur l'auteur :

  • Dossier L, n°56, fascicule 1, 2000. Établi par Eric Brogniet.
  • "Hommage à Jacques Demaude". In : Les Elytres du hanneton, n°235, décembre 2002.
  • "La poésie expressionniste : un cri de vie". In : Sources, Namur, n° 6, 1989. (Poésie des Régions d’Europe).
  • Reflets Wallonie-Bruxelles, n°29, juillet-sept. 2011, p. 17.

Prix Albert Mockel 2013.

Textes


Deux extraits de : Formes, Clarté, Portes charnelles.

              En regardant un tableau d’Engelbert van Anderlecht

              (Etude en bleu)

Ciel-violence,

pour l’océan

es-tu naufrage,

péril des vents ?

Ciel-violence,

tes goémons,

nos remontées

d’abysses blancs.

Ciel-violence,

ta bleuité,

vagues prodigues

de goélands.

Ciel-violence,

exil et sel

de terres mortes,

effacements.

Ciel-violence,

péril des vents,

ecumes d’ailes,

abysses blancs.

Ciel-violence,

pour l’océan

et l’ineffable

ai-je exprimé

-épave, sable-

ta vérité ?

(Bruxelles – Galerie Dexia

13 février 2001 – 12h33)

                   ***

       À la mémoire de Marie-Louise Bernard-Vérant

Le ciel s’étend. L’éternité nous aime.

Il faut sourire aux cimes d’un repos,

élire en Toi force et grâce nouvelles.

La mort nous cède aux tempes des aïeux

qui semaient le mystère et notre vie.

                     …

Toute allégresse à visage d’enfant,

parole offerte aux sternes de l’aurore

déployant leur sommeil vers notre fin

nous gravirons le ciel inépuisable.

Nos douceurs creuseront par l’océan

l’ascèse fabuleuse des falaises.

Les vagues sauveront leur hosanna.

Nous reverrons, âme et paupières closes,

lever la palme pleine, les rameaux

sur les brisants de nos premiers rivages.

Nous serons la beauté que l’Eternel

celait dans la ferveur de la bruyère.

La lumière et notre envol grandiront

quand le printemps laissera l’espérance

naître, embellir dans les ajoncs en fleurs.

 

En écoutant la Troisième symphonie

en mi mineur de Guy Ropartz.

(Noël 2000 – 0h 59).

                   ***

Deux extraits de : La mer au printemps

 

                 4

 Morsures. Chimères.

Noroît érodant l’oiseau

creusé par des houles

devant la dune où le soir

dilacère un gouffre d’ailes.

 

              12

 Plume, un tourbillon

te rapproche d’une proie.

L’épervier des mers

qui te rompit dans sa haine

s’est rassasié de néant.

(La mer au printemps accompagne des photographies de Mireille Dabee)

*

Nekyia

L'aube crevait les cris fumants de la cité
La mort hurlait son aile insoutenable
et ce brûlement d' aigle où l'or a désolé
notre gloire solaire ...

L'heure devint extase de brasiers,
L'autan rougeoyante de prière
La ruine explosa dans le ciel
Le feu dilacéra la Puissance et les songes
L'uranium blessé, brusquement,
creusa parmi nos voix des orbes déchirantes

Survivre les tympans brisés,
l'oeil escarbille inexorable,
la bouche sépulcre et tison,
la main racine et purulence
arrachée au front calciné,
l'aorte aveuglée à la pierre ...

Qu'élire en cette vérité
où ne fulgure plus le Règne?

A l'approche du gouffre un glas
de métal noir, cloche immolée
sous les décombres d' une tour,
des gravats, des ichors, l'espérance irradiée,
des crânes perforant leur vanité,
un seuil souffré de haine, une muraille
où le bonheur, la treille, les rosiers
recèlent désormais la foudre,
un verger lumineux
du cancer insolent des monstres,
de la glèbe aux sillons
scarifiant la graine perdue ...

Par quelle grâce demeurer
la clarté qui racle des âmes ?

Le soir annonce notre chair
à la cendre souffrante
Un mystère nous fend pour avilir son coeur
L'Eternel plénitude, errante,
affaisse encore un peu d'éveil
Nous avons profané l' orage
Le sable de l'ancêtre assombrit le désert
Demain revêtu, d'inclémence,
l'enfant vieillira d'exprimer
l'antre où scintillait la vipère
Le sang blasphèmera, forçant
Exode, Loi, Terre Promise...

L'aube crevait les cris fumants de la cité
La mort hurlait son aile insoutenable,
une promesse d'aigle où l'orgueil a rayé
notre gloire solaire.

(La Mort est mon Baptême)

*

Méprisées, la ruse et l'audace et la nuit
érodant le portail de la slendeur humaine
                                    sur le sable;
défait, l'incendie effondrant
mon âme et les débris du ciel parmi la cendre
                                     impitoyable;
honni, le voyage voué aux plaintes naufragées,
fatales, des prodiges vers l'abîme;
le soleil a brisé mes vertiges de vague;
j' ai franchi les écueils
puis retrouvé la grève et les mystères de
                                    cette île
où des mains remodèlent mon amour
au métier des aubes fidèles;
me voici repentance, épave illuminée
devinant la constance et la hauteur de la beauté;
me voici délivré du sel et de l' écume,
j'avance, j' entrevois;
un être - ou l'invisible ? - a sculpté sur
                                                ma route
l'élan, les voeux, les âges noueux d' un noyer
pour accomplir un torse arraché
                                    aux souffrances;
j'y sens battre et rebattre un coeur enchevêtré
aux feux qui jamais ne ravagent;
des courbes, traversant mon corps,
suivent les racines, la tige et les rameaux
                                        de la lumière;
je renonce aux brasiers gravissant les saisons;
le bonheur élève une seule cime
loin de l'exil et de l'Absence;
enfin Pénélope soulève en la maison
taillée sur le roc, polie à l'espérance
le dieu toujours vibrant qui me redressera.

En regardant une statue d'André Eijberg (Ulysse).
(Formes, Clarté, Portes charnelles)

*

Cérémonie après un raid incendiaire

I

Les moi-même
Les êtres-plaintes
Pleurent
Au milieu de la rue brûlé par la mort opiniâtre
Un nouveau-né
A la bouche-pétrissement
Toute en charbon sur la poitrine noire de la tombe
Que sa mère creusa, aux bras remplis de feux

Commence
Par chanter
Chante
La ténèbre qu'enflamme un retour au Commencement
Quand la langue captive aveuglément hocha
Un astre fut rompu
Au coeur des siècles de l'enfant :
Méprisant des miracles, les moi-même en pleurent maintenant

Pardonne
Nous pardonne
Nous ta mort, que les convertis les moi-même
Puissent la tenir dans un grand déluge
Jusqu' à ce que le sang bondisse
Et que semblable à un oiseau la poudre chante
Comme les graines se dispersent,
Comme ta mort grandit à travers notre coeur,
Criant
Ton cri
De mort,

Enfant de l'au-delà du cri, par cette voie consumée
Nous chantons le vol de la mer
Dans le corps affligé
Et la lueur dernière a exprimé l'amour
Ô semence des fils dans les flancs de la cosse noire délaisée

II

J'ignore qui,
Eve ou Adam, le divin boeuf orné,
La brebis blanche
Ou la vierge émissaire
Couchée dans
sa neige sur l'autel de Londres,
J'ignore qui
Trépassa le premier
Dans la cendre du petit crâne,
Ô l'Epouse et l'Epoux
Adam et Eve rassemblés
Gisant paisiblement
Sur la poitrine triste de la stèle
Blanche comme squelette
Au Jardin de l'Eden

La légende d'Adam et d'Eve,
Je le sais, n'est jamais - fût-ce une seconde -
Silencieuse en l' oraison
Que j'adresse aux enfants défunts,
A un enfant
Qui fut prêtre et servants, paroles, chanteur, langue
Dans la cendre du petit crâne,
Qui fut chute nocturne du Serpent
Et fruit tel un soleil,
Homme et femme ruinés,

Commencement pulvérisé revenant aux ténèbres
Et dépouillé comme les serres
Au jardin du désert

Dans les clochers, les tuyaux d'orgues
Des cathédrales lumineuses;
Dans les bouches-fusions des girouettes
Frissonnantes qui tournent à tous vents;
Et dans l'horloge morte où brûle l'heure
Par-delà l'urne des sabbats,
Le fossé-tourbillon de l'aube,
Le taudis du soleil, le quartier sordide du feu
Et les pavements d'or couchés en requiems;
Dans le pain aux épis de flammes
Et dans le vin brûlant comme un alcool,
Les masses de la mer
Les masses de mer sous
Les masses de mer parturiente
Eruptent, fontainent, entrent dans la clameur 
perpétuelle :

Gloire gloire gloire
A l'ultime royaume qui se fend du
tonnerre de la genèse.

Poème de Dylan Thomas (traduit par Jacques Demaude)

*

L'aurore. Ses vagues

et cette mer dont l'écume

comble des falaises.

*

Lueur exigeant

pour l'estuaire paisible

un cri de nuée.

*

Soleil-océan.

Pour ses désaveuglements

nul besoin d'abymes

(extraits de "Tu es devenu ton rêve")

*

Sables visités

par des abysses fugaces.

Quels scintillements

pour éblouir la rencontre

du malheur et de la mer!

*

Forçant les oyats,

éloignant des graminées,

troubler en secret

un semis de coquillages

et de songes fracassés.

*

Franchir ce cratère

dévasté par les remous.

une serre sombre

y ravine la frayeur

ou le miroir des étoiles.

(extraits de "La mer au printemps")

Commentaires


« La vermine et la gloire » - Traducteur combien talentueux des expressionnistes allemands et autrichiens, Jacques Demaude n’est pas un écrivain facile. Ce nouveau recueil révèle une exigence peu commune du langage poétique, un sens du mouvement dont la rigueur contient et canalise la violence. Poèmes et textes en prose reflètent ici un drame intérieur assumé qu’une conclusion apaisée, mais non exempte d’angoisse, résout comme un accord. L’ombre de Takl de « Sebastian im Traum » passe sur les textes en prose, marqués par l’expressionnisme. Aussi les sonorités sardoniques et transparentes de ce Malher dont, bien avant la vogue actuelle, Jacques Demaude proclamait le génie, il y a plus de trente ans. Ce n’est pas la poésie de tout le monde !
 
André CANONNE (Lecture)
 
« Entre le mourir et le naître » - (…) A travers ces poèmes denses, nous pressentons un paysage, bien plutôt intérieur qu’extérieur. Un terme qualifie ce paysage : falaise. Il en acquiert force emblématique. Falaise, abîme, ravin, dont les pentes et les éboulis fascinent (cette descente aux Enfers mais aussi cette terre ensemencée, ce sol d’où vient et où retourne toute poussière). Falaise, abîme, ravin dont la crête est aussi la montée lente ou extatique vers la lumière, vers ce que Demaude appelle une « genèse blanche ».
 
Eric BROGNIET (Sources)
 
*
Ces poèmes, dédiés à sa femme Jeanne-Marie (aussi à la mémoire de Rose Ausländer), orchestrés en six vers, offrent les accents d’une petite liturgie intimiste. La cathédrale gothique cède ses fondations à une chapelle romane où palpite la plus urgente des vérités, celle d’une lumière qui éclaire sans éblouir, d’une paix qui se déclare définitive dans le provisoire.(…)
 
Eric PARISIS (Le Mensuel littéraire et poétique)
 
*
(…) Le poète dans sa création verbale se sert de raccourcis qui frappent et interpellent. On se sent dans une terre où le vent souffle pour ouvrir et élargir. Et l’aigle invisible plane sur les eaux du fleuve dont les rives ont été annulées pour que le pays tout entier accède à la fécondité.
 
Emile KESTEMAN (Les Elytres du Hanneton)
 
*
« L’Envol d’un soleil » et « La Lumière attendait devant nous » (…) - Ce sont des éclats lapidaires, où les éléments naturels deviennent le support d’un éclair de formulation. Le sol : meules, chaumés, herbe, champ, semence, semailles, terre nouvelle sont la métamorphose d’une germination intérieure, d’une plénitude qui se manifeste sous le signe du feu et de la lumière.(…) Poète pérégrin traversant l’instar du peuple élu, les chemins de l’exil, les déserts ennemis, les solitudes spirituelles, il fait de son intime expérience de la mort, de la perte et de l’angoisse, la voie d’une rédemption.
(…) On trouvera dans le second des poèmes ici mentionné, « La lumière attendait devant nous », une autre caractéristique de ce poète : celle du lyrisme, des images fortement connotées aux référents des Ecritures, une symbolisation et un ton visionnaire. Après l’essentiel éclat du silence, le silence essentiel émouvant le chant inspiré. Le thème de la chute et de l’élévation, du passage (l’Apocalypse) et de la rémission (la rédemption), les éléments solaires et lumineux comme métaphores du Divin : (…) Nous traversons la lumière,/ elle attendait notre bonheur,/ l’errance/ L’azur, genèse irrécusable ! »
 
Eric BROGNIET (Sources)
 
*
Chaque haïkaï de Jacques Demaude, traducteur de Nietzche et Trakl, repose dans un berceau de lumière. Les pinceaux de clarté prennent tantôt la forme d’un brasero, d’un tison, tantôt l’aspect d’un flambeau. Mais le feu est aussi bien promesse d’éclair, d’éveil, d’envol que de brûlure ou de calcination. Que ce soit un jaillissement, un risque d’incendie ou une terreur foudroyante, le décalque de la lumière par les mots dessine une fulgurance de l’être « insultant le corps de l’abîme »(…). Chaque haïkï est illustré à la manière d’un idéogramme par une encre de Jeanne-Marie Zele. À signaler du même Jacques Demaude chez Orbes « La Lumière attendait devant nous », un poème que l’auteur présente comme un « pèlerinage aux sources orphiques ».
 
Eric ALLARD
 
*
« Aucun oubli » - Abstractions lyriques, sans doute, dans lesquelles est condensée en mots comptés l’émotion du poète, sensible au-delà de la précarité humaine à la fragilité cosmique tout à fait imaginable qui nous englobe tous. Un thème peu abordé qui renforce (oh ! combien !) notre propre angoisse. Dans le désastre, la race disparue des iguanodons n’en a probablement rien su, pas plus que beaucoup d’hommes d’aujourd’hui. C’est ce qui fait le prix et la sobre beauté, la grandeur de ces notations et le poète donne forme à nouveau à son gout profond du haïkï.
Jeanne-Marie ZELE, dans ses encres, rivalise avec son époux.
         
Marcel HENNART (Remue-Méninges)       

*
« Formes, clartés, portes charnelles », le nouveau recueil de Jacques Demaude nous informe dès son titre que les trois parties du livre, à forme sonate, sont à la fois composites et complémentaires. Composites car formées de poèmes « instantanés », à différents moments de la décennie écoulée. Complémentaires parce que le propos général du livre est celui de la possibilité d'une rédemption. La forme ternaire de l'ensemble nous indique aussi que peinture et musique sont, en tant que manifestations de l'Art, des portes d'accès charnelles à la beauté, à l'Etre, au Cosmos, à Dieu, mais surtout à l'éthique, à la capacité pour l'homme de choisir le chemin de la paix plutôt que de la destruction. Le recueil tout entier, formé d'instants poétiques nés de la contemplation d'œuvres picturales ou de l'audition d'œuvres musicales, est placé sous le signe de Saint Pol Roux et d'Achille Chavée : ces deux citations mettent en lumière le rôle salvateur de l'imagination et de la création d'images poétiques, qui pour une fois, nous montrent, dans le style d'écriture, à côté du Demaude au ton habituellement prophétique et spirituel, un Demaude plus surréaliste. Chaque poème de chacun des trois mouvements est situé en référence à une oeuvre et au lieu où celle-ci est vue, ou écoutée : tous ces lieux sont publics (galeries d'art, musées, églises...). Chacun des trois mouvements se clôture cependant sur un poème qui est écrit dans l'intimité (chez une amie, à domicile). Il y a donc une corrélation spatiale établie par le poète entre le dehors et le dedans, qui répond à la dialectique intériorité/extériorité, paix/brisure, destruction/rédemption, perceptible dans le propos argumentaire général du livre. Demaude veille ainsi, de manière très fine, à ce que l'architecture physique du livre corresponde à son propos esthétique et spirituel. Tout comme le poème né de la circonstance témoigne que ces instants créatifs forment une trame, un propos déjouant les hasards, permettant une lecture qui ne trahit en rien un « chemin de vie », au contraire. L'éphémère témoigne ici pour une conscience pérenne et cependant ouverte, fluide, évolutive. (...)
Poète généreux, ouvert sur le monde, homme de conviction et de combat, Jacques Demaude, borain d'origine, est aussi une des voix les plus justes et spirituellement exigeantes de notre littérature : ancien mineur, objecteur de conscience qui purgea une peine de deux ans à la prison de Mons, journaliste au Drapeau Rouge, théologien à la jointure des mondes juif et protestant, remarquable traducteur, « sa relation au monde s'y étend à tout le Vivant, ne séparant jamais l'apparent du non-visible, ni l'homme de son questionnement, ou la nature de son mystère » (Luc Norin). Il serait urgent que ses œuvres, auto-diffusées, soient rendues accessibles à un plus grand public.
 
Eric BROGNIET (Sources, 2011).