DRAYE Hugues


Biographie

Né à Charleroi le 19 avril 1962. Chanteur autant qu’écrivain.
Auteur-compositeur-interprète. Je m'accompagne à la guitare.
J'ai écrit, sur 23 ans de chansons, entre 300 et 350 textes (si pas plus).
"Inlassable pour les uns, incontournable pour les autres, réaliste à sa manière, lui-même pour tout résumer", ainsi oserais-je me résumer.

Bibliographie

Bélier pour te servir, Chloé des Lys, 2003.
Facteur, où vas-tu?, Chloé des Lys, 2004.
La Marie-Thérèse, Chloé des Lys, 2006.
Chemin faisant (tome I, tome II), Chloé des Lys, 2010.

Textes


Quand elle plaide

Quand elle plaide au tribunal
Auprès d’un avocat général,
Avec une pile de papiers
Qui datent encore de l’an passé


Quand elle a endossé une robe noire
Aux mesures trop larges, sans faire d’histoire,
Franchi la salle des pas perdus
Et sondé quelques rires entendus

LUCIE A TOUJOURS LE VENT EN POUPE,
ELLE SE R’VOIT LES DEUX PIEDS DANS LA NEIGE
QUAND SON BONNET LUI F’SAIT SUER DES GOUTTES
SURTOUT APRES LE COURS DE SOLFEGE

ELLE RESONGE A UN GRAND PERE
QUI RACONTAIT DES BLAGUES DOUTEUSES
TOUT EN GARDANT UN MASQUE SEVERE
ET DES MAINS QUELQUE PEU … VOYAGEUSES

Quand elle plaide au tribunal
Dans le fatras, le cérémonial
Du monde des assises ou des Abysses
D’un bunker qu’on nomme : palais d’justice

Quand les juges, les curateurs zélés
Titillent, en toute légalité,
Au sujet d’un droit de succession
Ou d’une intime proposition

LUCIE A TOUJOURS LE VENT EN POUPE,
ELLE SE R’VOIT LES DEUX PIEDS DANS LA NEIGE
QUAND SON BONNET LUI F’SAIT SUER DES GOUTTES
SURTOUT APRES LE COURS DE SOLFEGE

ELLE RESONGE AU MARTINET
DANS LE SALON, QUAND ELLE ETAIT GOSSE
ET DE SES PROCHES QUI LA MENACAIENT
QUAND ELLE RAMASSAIT DES MAUVAISES NOTES


Quand elle a plaidé au tribunal
Quand elle se r’farcit le Code Pénal,
Le cerveau embué de scrupules
Sans négliger la moindre virgule

Quand un huissier ou un Pro Deo
Ne lui laisse pas l’temps d’placer un mot,
Quand les « Mon cher Maître ! » à flanc d’couture
Ne frisent même plus la caricature

LUCIE A TOUJOURS LE VENT EN POUPE,
ELLE SE R’VOIT LES DEUX PIEDS DANS LA NEIGE
QUAND SON BONNET LUI F’SAIT SUER DES GOUTTES
SURTOUT APRES LE COURS DE SOLFEGE

LUCIE SE PROJETTERAIT-ELLE
EN TOUTE CANDEUR, EN TOUTE CONSCIENCE
DANS L’AME DES NOMBREUX CRIMINELS
QU’ELLE NE POURRA JAMAIS DEFENDRE ?

LUCIE EST-ELLE UNE BULLE DE CRISTAL
QUI S’EBRECHE, SE BRISE A CHAQUE INSTANT ?
LUCIE EST-ELLE UNE SENTIMENTALE
QUI REPERE D’OFFICE LE PRINCE CHARMANT ?

ET CHANGE UN PEU CHAQUE JOUR DE CAMP …


Os'rais-je encore dire ton prénom?


Le temps a beau galoper, un enchantement persiste
Le quotidien prend sa place et la fleur aux dents résiste
La Grande Ourse et son chariot, entre mille constellations,
Veillent-ils en douce sur nos cœurs toujours à l’unisson ?

OS’RAIS-JE ENCORE DIRE TON PRENOM ?
TOI QUE J’AIME ENFIN POUR DE BON

J’ai beau toiser la Julie près d’un escalier bancal,
M’attarder sur Valérie, Bénigne, Axelle ou Chantal,
Une autre réalité, un mirage en apparence
Me tient, me comble et m’offre sa corne d’abondance

OS’RAIS-JE ENCORE DIRE TON PRENOM ?
TOI QUE J’AIME ENFIN POUR DE BON

Suis-je vraiment convaincu, en vivant un tel bonheur,
D’avoir le premier rôle et non celui du spectateur ?
Ai-je attendu trop longtemps ? Ai-je peur de m’éveiller ?
Mon âme doit-elle encore apprendre à s’éduquer

OS’RAIS-JE ENCORE DIRE TON PRENOM ?
TOI QUE J’AIME ENFIN POUR DE BON

T’épouserai-je un jour en passant sous une arcade ?
Noierons-nous nos étreintes dans une mer de corail ?
Mon île aux cent mille plaisirs, ma sourcière, ma Junon
Je marche et j’aperçois encore ma ligne d’horizon


OS’RAIS-JE ENCORE DIRE TON PRENOM ?
TOI QUE J’AIME ENFIN POUR DE BON



Claudio

Dans un d’ces vieux bistrots portugais,
Claudio, originaire d’Auv’lais
Le r’gard et le menton dans la bière,
Entame son tout premier verre

Entre deux ou trois piliers d’comptoir
Qui tournent chacun le dos au bar
Absorbés par une télé au mur
Où le foot l’emporte, à coup sûr
Claudio peste encore contre son boulot
Sans recueillir le moindre écho

Demain, ou après-demain, sûr’ment,
L’ami Claudio lèvera le camp :
Il ira skier en Italie,
Faire du deltaplane aux Canaries,
Il recueill’ra chez lui sa vieille mère
Laissée pour compte par son beau-frère
Et surtout, il se donn’ra la peine
D’accoster en rue son Africaine

Dans un d’ces vieux bistrots portugais,
Claudio, éternel exploité,
La moustache déjà pleine de bière,
Entame son deuxième verre

Quelque part dans un coin, la Marie
Cause toute seule avec son whisky
Le p’tit Henri et l’Patrick, d’vant un Gin Fizz,
Rigolent et s’adonnent – encore – à leur strip tease
Une odeur d’eau d’vaisselle, dans l’bistrot,
Cerne encore les yeux de Claudio

Demain, ou après-demain, sûr’ment,
L’ami Claudio lèvera le camp :
Il entamera le manuscrit
En deux ou trois volumes de sa vie,
Au Salon d’l’Auto, d’vant les voyeurs,
Il débobinbera un moteur
En costard trois pièces, il rayonn’ra
Et son Africaine sera là


Dans un d’ces vieux bistrots portugais, 
Claudio, assis sur un grand tabouret,
Après s’être enfilé … 5, 6, 7, 8, 9, 10 bières,
Tombe, roule et s’affale encore par terre£

« Saoûlard ! », « Baraki ! », « Camp volant ! »
S’écrie l’assistance, évidemment
Grâce aux copains d’bistrot, j’imagine,
Claudio cuv’ra dans la grange voisine
Demain matin, sans s’être changé
Ni lavé, il r’partira bosser

Mais … après-d’main ou l’surlend’main, sûr’ment,
L’ami Claudio lèvera le camp :
Plutôt que d’entrer dans son bistrot,
Il écout’ra le chant des oiseaux,
Il se laiss’ra désintoxiquer
Au quart de tour et en toute légèr’té
Son Africaine, ça va de soi,
L’assistera et le soutiendra

Et si l’Africaine ne vient pas,
Dans les p’tites annonces, y aura du choix
Y aura encore la Cyrielle ou l’Yvette
Qui ne s’en sortent plus avec leur mec
Claudio trouv’ra même un supplément
Dans un resto à la côte … sûr’ment
Sûr’ment, certainement ou peut-être
Tout est possible sur cette terre


Tout est possible sur cette terre

 




Commentaires



Disponible(s)

Coordonnées

Adresse : rue Général Tombeur 81 bte 9 1040 Etterbeek
Tél. :0478 40 34 17 -- Fax :  
Courriel : cpabhugues@yahoo.fr