CORNELUS Henri


Biographie

Poète, conteur, romancier, Henri Cornelus fit , à l'Université Libre de Bruxelles, des études de Philologie romane tout en accomplissant mille petits métiers aussi monotones que peu rémunérateurs.
Professeur à l'Athénée Royal de Berchem (Anvers), puis à l'Athénée de Bruxelles, il fut nommé inspecteur de l' enseignement dans la province de l'Equateur (Congo Belge). A son retour en Europe, il reprit ses fonctons à l'Athénée flamande de Bruxelles.
Le goût instinctif qu'il ressent pour la mer - est-ce sa façon de retourner aux origines ? - l'a poussé à participer aux campagnes de pêche basques et bretonnes.

Bibliographie

  • En Marge, Bruxelles, La Maison du Poète, 1942.
  • Le Vin de Rage, Nice, Collection des Iles de Lérins, 1947.
  • Latitude zéro, Bruxelles, La Maison du Poète, 1949.
  • Patries, Id., 1952.
  • Curuburu, contes pour enfants, Bruxelles-Paris, Ed. Durandal,  1952.
  • Barrifort, contes pour enfants, Bruxelles-Paris, Ed. Durandal, 1953.
  • Kufa, roman, Ed. de La Renaissance du Livre, Bruxelles, 1954.Trad. néerlandaise de Wim Meeuwis, Anvers, Ed. Ontwikkeling, 1956.
  • Bakonji, (Les Chefs), nouvelles,  Aalter, Ed. De Rache,1955.
  • Ceux de la dure patiente, nouvelles, Aalter, Ed. De Rache, Aalter, 1957. Prix du Brabant. 
  • Miadoux, roman pour les enfants, Bruxelles, Ed. de La Renaissance du Livre, 1957.
  • Mumule, récit pour la jeunesse
  • Ombredor, récit pour la jeunesse
  • L'homme de proue, (romans et nouvelles)
  • La saison du feu, (romans et nouvelles)
  • Les Hidalgos, (romans et nouvelles)
  • Belzébuth, (romans et nouvelles)
  • La Dalle, théâtre
  • De Sel et de Terre, Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1967
  • Une île, Bruxelles, André De Rache, 1971
  • Mer en Terre, Id., 1973.
  • Traverser l'absence, André De Rache, Bruxelles, 1980.
  • 59 minutes et la vie, poèmes, André De Rache, Bruxelles, 1982.


Textes


NOVEMBRE

Novembre est, dans les champs, la cathédrale de la brume et du
silence...

N'y a-t-il plus de vent pour ronfler dans ses nerfs où un vanneau
s'élance, goéland-grand-voilier ignorant toute mer?

On ne saura jamais, dans le matin gommé, si ses cris sont
d'espoir comme ces cris lancent les enfants du lointain dans
leurs jeux de brouillard.

Le cimetière est gris où des morts blancs attendent qu'on se
souvienne d'eux au moins un jour de l'an et qu'on fleurisse d'or
leurs patients ossements.

Et j'attendrai toujours, dans le sol de novembre, que tu parles de
moi quelque part sur la terre, que tu revoies mes yeux et leur
couleur de mer, que tu chauffes mon nom dans le creux de tes
paumes en essayant en vain de composer les traits qui se défont
en toi, les traits de mon visage.

Commentaires


Un sursaut d'immense pitié qui confine à la grâce d'un chant rédempteur.
                                                                                                         Fernand Verhesen
Un don prodigieux de l'image.
                                         Jeanine Moulin
Une poésie pleine d'évocations exotiques, d' images crues, violentes.
                                                                                                  Jean Rousselot
Une rare ampleur du vers, une rare maîtrise du verbe... Un authentique poète humain et généreux.
                                                                                                                                         Fernand Lefebvre
Un des merveilleux poète de sa génération.
                                                             "les Lettres Françaises "
Le poète exprime, avec une étrange violence de ton et d' images, son horreur de la guerre et son amour de la vie et des hommes.
                                                                                                                                                                                                                             
                                                                                                                                                                      
Edmond Kinds
Sa palette, tragique et sombre, fait parfois songer à Goya... Des accents que l'on oublie pas.
                                                                                                                                     Constant Burniaux
Une boisson exotique dont je suis ivre.
                                                          Robert Guiette  (lettre)
La première oeuvre poétique transposant de façon valable une expérience africaine en profondeur.
                                                                                                                                                Roger Bodart (lettre)
Des vers d'une qualité humaine étonnante.
                                                            Albert Ayguesparse
Tout, dans cette réalité, condense l' émotion poétique.
                                                                             Edmond Vandercammen
Excellent poète, amoureux d' un art dépouillé, humain et cruel, très viril, où révolte et douceur s'opposent en beauté.
                                                                                                                                                                                                                                                                               
Marcel Hennart