BALTHAZAR André


Biographie

Poète belge né le 7 janvier 1934 à La Louvière et décédé le 22 août 2014.

André Balthazar fait ses études secondaires à l'Athénée Provincial du Centre à Morlanwelz.. Après des études en philologie romane à l'Université Libre de Bruxelles, terminées en 1956, il devient enseignant.

En 1949, il rencontre Pol Bury. Devient aussi un très proche ami du poète Achille Chavée. Vers 1955, il crée avec Pol Bury, l'Académie de Montbliart, d'où sortira en 1957 le Daily-Bul. Publie en 1963 son premier recueil de textes : La Personne du Singulier, illustré par Pierre Alechinsky. D'autres suivront de façon irrégulière. Parle de littérature vivante à l'Ecole de la Cambre (ENSAVC), à Bruxelles, et dirige depuis janvier 1984 le Centre de la Gravure et de l'Image imprimée de la Communauté française de Belgique-Wallonie-Bruxelles, à La Louvière.

Bibliographie

  • La personne du singulier, Ornements de Pierre Alechinsky, Éd. Daily-Bul, La Louvière, 1963. 
  • À bras le corps, Cinétisations de Pol Bury, Éd. Daily-Bul, La Louvière, 1965.
  • Il faut ce qu'il faut, Sérigraphies de René Bertholo, chez l'auteur, Paris, 1965.
  • Pol Bury, monographie, Éd. Sergio Tosi, Milan, 1967.
  • Deux contes, Éd. Daily-Bul, La Louvière, 1969. Coll. Les Poquettes volantes.
  • Pol Bury, monographie, Préface d'Eugène Ionesco, Éd. Cosmos, Bruxelles, 1976.
  • Fenêtres à vue, Photographies de Georges Vercheval, Éd. Daily-Bul, La Louvière, 1977.
  • Lignes, Gravures de Pol Bury, Éd. Brandes, Dijon, 1979.
  • L'enfance de l'âge, Lithographies d'Antonio Segui, Éd. Daily-Bul, La Louvière, 1982.
  • Les images virtuelles, illustrations de Reinhoud, La Pierre d'Alun, Bruxelles, 1982.
  • La concordance des temps, Dessin de Pol Bury, Éd. Labor, Bruxelles, 1984.
  • Le coucher de la mariée, Le Daily-Bul, 1984.
  • Pâleurs obliques, cinq eaux-fortes de Pol Bury, Éd. Dutrou, Paris, 1987.
  • Façons d'y voir, illustrations de Julius Balthazar, Éd. Daily-Bul, La Louvière, 1989.
  • Buffonneries, Éd. Daily-Bul, La Louvière, 1990.
  • L'air de rien, illustrations de Petr Pos, Éd. Daily-Bul, La Louvière, 1992.

Collaboration aux revues :

Sens plastique, Savoir et Beauté, Phantomas, Kwy, Da-a/u delà, ICA Bulletin, Qui Arte Contemporanea, Chroniques de l'Art vivant, Le Journal des Poètes, Clé pour les Arts, Clé pour le Spectacle, Studio international, Le Vocatif, XXe siècle, Revue de l'Université de Bruxelles, Lectures...

Divers écrits sur : Pol Authom, Pol Bury, Gabriel Belgeonne, René Bertholo, Calder, Achille Chavée, Pierre Cordier, Jacqueline De Jong, Christian Dotremont, Claude Galand, Henri Michaux, Camille De Taeye, Robert Michiels, Joan Miro, Ronald Searle, Antonio Segui, Armand Simon, Lionel Vinche, Jan Voss...

  • Deux contes, Éd. Daily-Bul, La Louvière, 1969. Coll. Les Poquettes volantes.
  • Fenêtres à vue, Photographies de Georges Vercheval, Éd. Daily-Bul, La Louvière, 1977.
  • Lignes, Gravures de Pol Bury, Éd. Brandes, Dijon, 1979.
  • L'enfance de l'âge, Lithographies d'Antonio Segui, Éd. Daily-Bul, La Louvière, 1982.
  • Les images virtuelles, illustrations de Reinhoud, La Pierre d'Alun, Bruxelles, 1982.
  • La concordance des temps, Dessin de Pol Bury, Éd. Labor, Bruxelles, 1984.
  • Pâleurs obliques, cinq eaux-fortes de Pol Bury, Éd. Dutrou, Paris, 1987.
  • Façons d'y voir, illustrations de Julius Balthazar, Éd. Daily-Bul, La Louvière, 1989.
  • Buffonneries, Éd. Daily-Bul, La Louvière, 1990.
  • Linnéaments, Ed.Daily-bul, 1997.
  • Lexikon (collection), Ed. Daily-Bul, 7 tomes.

Textes


La pipe

Ustensile de chauffage composé essentiellement d'un four (fourneau) qu'amorce un tuyau (de pipe) pour alimenter le dit fourneau (four) d'un souffle indispensable à la bonne combustion de ce dont on le bourre.

Le tuyau (souvent de terre blanche, de racine ou de bakélite) fait la pipe, autant que ne la fait le fourneau (tête de pipe). Si l'un est généralement droit, courbé en bec de saxophone ou en cou de cygne, l'autre - petite casserole à tabac - a l'arrondi bon pour la main qui la calfeutre et s'y réchauffe.

Elle se culotte sans parenthèses.

Parfois musicale, elle peut aller jusqu'au teuf-teuf, quand la salive de l'utilisateur (appelé aussi chauffeur) applique, dans l'étroiesse nicotineuse du conduit, les lois élémentaires propres aux instruments à vent.

Au chant ou bruit qui satisfait l'oreille peut s'ajouter la fumée qui, en volutes ou bouffées, réjouit l'oeil.

On dit que, sensible à ce spectacle presque complet, Denis Papin en tira des leçons.

Les volutes sont dans la tête et dans la fumée.

Dans les foyers modestes, la pipe s'allumait autrefois à l'aide d'un petit tortillon de papier plongé dans la flamme d'une cuisinière (autre type de fourneau).

S'entendait l'aspiration ronronnante et hâtive du fumeur, penchant la tête et plissant la paupière, attentif à faire naître son proche plaisir avant que le margotin ne rendît l'âme.

Par nuit profonde, le brasier de la pipe attire les papillons d'espèce suicidaire.

Les peintres à la fresque lui souhaiteraient des ailes pour rendre son profil plus aérien et sa silhouette mieux apppropriée à la décoration des plafonds...

Ainsi trouve-t-on peu de pipes dans les grandes oeuvres de la Renaissance italienne, les anges occupant le terrain sans vergogne et, faut-il le dire, avec talent.

Il arrive qu'un duvet de nicotine borde la moustache des grands fumeurs d'une frange roussâtre qui n'est pas sans rappeler des coquetteries de l'automne en forêt.

Commentaires