BAILLY Jean-Jacques


Biographie

Né à Saint-Ghislain le 18 mai 1946. 

Bibliographie

  • Lettre à Ischab, 1977
  • Se convertir à la Parole, 1982
  • L'annonce faite à la femme, M.E.O, 2016

Textes


ECLATS

Vois l'éclatante écorce se brise et le cri
les carreaux recueillis les fragiles repères.
Les verrous affolés à l'ombre des logis
craquent les noms sacrés demeures que j'abhorre
dessus la nuit percluse entre rouges panneaux.
Biffe ta croix sous tombe et mets l'horreur à l'aise
c'est l'étroite saison sous le porche ténu.
Ton temple coloquinte éventrée m'obsède
de cire rose et ronde exsangue cierge blanc.
Tel au ventre un falot que les rumeurs entraînent
mon âme coule ici je ne m'évade plus.
J'avance à petits pas sur ondes insonores
aux infinis brouillés entre les bris de bruits.
L'oeil et l'oreille adroitement la mort ils cochent.
A traverser le temps sans me noyer autant
c'est le christ éclaté que blafard je rassemble
entre les mots fleuris sur les replis d'instants.
Une indécise feuille en moi-même pioche.
Et l'infini s'étire en mon antre cueilli
au recueil du vitrage illuminé l'aurore.
Le temps s'écoule ici dessus les puits perdus
tel un sexe pourri qui ne tient ses étrennes.
Je cherche en vain ta paix sous l'angle des élans
à la faune du coeur et qui pleure et qui plaide.
Quand fourmillent aussi les innombrables nus
la langue effilochée à l'étreinte fournaise
quand a sué ma peine épuisé ses couteaux
demain s'engouffre encore et voici l'eelébore
sur les cailloux vernis que ton coeur a régis.
Lors mon cintre s'étale entre les bras du Père
au pan désamorcé des silences ouïs.

Commentaires