WAUTIER Véronique


Biographie

Née à Bruxelles le 25 juin 1954. Elle a fait des études de philosophie puis a enseigné le français pendant 25 ans avant de se tourner vers la profession de psychothérapeute, qu’elle exerce aujourd’hui. Elle anime également des ateliers d’écriture. À ce jour, elle a publié quatre recueils de poésie et un récit de prose poétique, Chacun de nous est une foule, qui va à la rencontre de la mort de sa mère, qu’elle perdit à l’âge de huit ans. Elle est par bonheur la mère de quatre enfants. Citons : Dans la foulée si courte des étoiles, Galerie-Librairie Racine, Paris, 1998 ; Douce la densité du bleu, L’Arbre à Paroles, 2002 (Prix Gauchez-Philippot 2003) ; Tout est jardin, l’Arbre à Paroles, 2004 ; Chacun de nous est une foule, Le Coudrier, 2004 ; Une petite fable rouge, L’Arbre à Paroles, 2006.

Bibliographie

  • Dans la foulée si courte des étoiles, Librairie-Galerie Racine, 1998.
  • Douce la densité du bleu, Amay, L'Arbre à paroles,  2002. Prix Gauchez-Philippot 2003.
  • Chacun de nous est une foule, Mont-Saint-Guibert, Le Coudrier, 2004.
  • Tout est jardin, L'Arbre à paroles, 2004.
  • Une petite fable rouge, L'Arbre à paroles, 2006.
  • Le jour aux ignorants, Éranthis Éditions, 2010. Illustrations de Godelieve Vandamme.
  • Là où sont les oiseaux, Le Coudrier, 2013. Illustrations de Pierre Mainguet.
Prix de poésie Reflets Wallonie-Bruxelles en 2011.

Textes


Extraits du recueil Une petite fable rouge, L'Arbre à Paroles, 2006.

Quand j'écris un mot
Je suis presque deux
Je le rattache
A sa moitié

Tellement serrer la vie
Autour de ce poème
Tellement frémir
Qu'il fera

J'écris
Parce que dans le noir et le glauque
Ou quand tout est lilas
J'entends toujours
Un bruit de rame.   Poème paru dans Reflets Wallonie-Bruxelles, n°30 à l'occasion du concours de poésie organisé par l'association.   Il neige Dans la chambre mêlée aux oiseaux Où planent encore de vieux massacres De vieilles nuits il neige Un enfant lutte contre lui-même Il tombe des masures Toute l’écriture du passé Il neige c’est un jour De laine une forme de rosée C’est comme un livre auprès du feu Où les douleurs finissent dévorées.

Commentaires