k/ L.I. DRUART


Auteur :
Princesse
 
À une demoiselle dont je tairai le nom.
 
 
Petit être mini dysarthrique – abo-abomination, tu me ronges le cratère
Tu grésilles là-dedans…
 
Mais qui es-tu donc, mais qui es-tu bien : fouteur en l’air de papier blanc,
Tu es une mâchoire, à pleines dents mes grises,
Qui empoigne au plus bref des passages le reste du corps endolori
Ablablation : faut que j’m’enlève, sortir de la cartilacage, oui !
M’expatrier du corps.
 
Courir âme nue, l’esprit en odyssée, le cœur à son rivage
Regarde-la quand ça ruissèle sous sa membrane
 
À l’encre de son visage, coule ta barque et brûle tes rames
Implore, accroché à ses bas, de perdre sa tristesse, à jamais.
Rentre chez toi… Avec ou sans elle ; n’y reste pas.
 
Mais en cavale, défonce ma tête à la torture, tente une sortie,
Putain de souvenir !
Vole à l’herbe sa rosée et finis-moi en flaque salée sur la plus morne des routes
 
Et quand je redeviendrai vapeur, je t’en prie,
Envoie-moi encore des princesses aussi belles qu’elle
Que j’en meurtrisse d’amour les mots qu’il me reste.
 
 
 
L.I.Druart (Lucien Isidore Druart), né en 1987 à Dublin dans une famille d'origine belge, s'intéresse à l'écriture depuis sa découverte des "Chants de Maldoror" de Lautréamont. Il édite son premier recueil de poésies "Un monde à part" chez Eole en 2004, suivra "Morphinis", toujours chez Eole en 2006, année durant laquelle il se marie mais la romance prendra fin quelques mois plus tard par la mort de son épouse. Cet évènement et son impression d'être en perpétuelle "transition" donne à son style sa noirceur et sa tristesse. Depuis 2008, il fait partie du Groupe Chromatique avec Thibaut Creppe, Niall Yates et Derassan.


Retour