h/ DERASSAN


Auteur :
L’amitié
 
Ô entité tu te prélasses
Et puis tu feins de m’y comprendre
Les mots vomis sur le carrelage
Et d’y chercher parole de sage
Sans t’inquiéter - Ô camarade
 
Océanise ma mer du nord
De tes récits du sud ronflant
J’y veux dormir tout mon horaire
Pour briser la prison de verre
De ma poitrine - Ô voyageur
 
Oralise-moi un peu d’anglais
Ça sonne fameux et plein d’espoir
Et qu’on s’emplisse de fumée
Pour oublier de regretter
Les inutiles - Ô temps perdu
 
Ô grande figure autoritaire
Criminalise mes excès
C’est du génie derrière tes os
C’est un prodige doublé d’un sot
C’est l’amitié - Ô vieux squelette.
 
 
 
Mysticisme
 
Se reposer le cervelet
Dans le bocal empli de clous
Et voir son tronc sectionné net
Par des cisailles bien concrètes :
 
Nous voici.
 
Les imposteurs du papier blanc
A mon grand dam j’y écris sans
Mon sang froussard qui reste au membre
Nous étions un, nous serons mille :
 
Complètement nus.
 
Hurler des sanglots préconçus
De l’existence qu’on eut aimé
S’imaginer éventuelle
Dans le possible et l’hésité :
 
Mourant de froid.


Vastes nausées qui font sourire
Les belles mâchoires du boute-en-train
Nous nous cachons et c’est le pire
De nos fardeaux au demeurant :
 

Nos visages sont peints.

 
Derassan (Gauthier Gilissen de son vrai nom), né en 1990, est étudiant à l'Ulg en langues et littératures romanes. Il s'adonne modestement à l'écriture poétique depuis de nombreuses années. Ses influences (en ce qui concerne la poésie pure) orbitent principalement autour de Léo Ferré, Aragon, Baudelaire ou encore les grands romantiques anglais auxquels on pourrait occasionnellement joindre certaines des thématiques englobées par la prose de Louis-Ferdinand Céline. Il fait partie du Groupe Chromatique avec L.I.Druart, Thibaut Creppe et Niall Yates. S'il devait expliquer la raison pour laquelle il a rejoint ce partenariat poétique, il dirait simplement : "J'ai vu de la lumière, je suis entré et j'ai écrit non plus seul mais accompagné ; la différence est fondamentale".


Retour