Mausanne, par Michel Thérien


Auteur : Michel Thérien

Mausanne

Des vallées nous traversent et la pluie râle en nos corps comme des bêtes de fatigue, nous torsade et nous rauque la voix avec des lames dissimulées dans le tranchant du poème. Sous le chapiteau, des vallées nous traversent comme des hanches de femmes et toujours ce fleuve d’espaces innommés, ses heures visibles à chair nue dans la lueur des lieux, ses illuminations qui rampent sur la nébulosité des ruelles, ses odeurs d’absinthe et de salpêtre, (Verlaine tirant encore sur Rimbaud) les prisons et leurs porteuses d’oranges de miel et toujours les vallées nous traversent comme des hanches de femmes et nous tranchent la mémoire jusqu’aux cendres puis nous saignent le sang de leur absence.   Michel Thérien (Ontario)
 



Retour