MARIEN Marcel


Biographie

Marcel Mariën s'est fait connaître en France par deux recueils de nouvelles:" Figures de poupe "et "Les fantômes du château de cartes", qui ont été reçus avec enthousiasme.  Outre son activité de poète de théoricien et d'éditeur surréaliste, il a écrit des essais politiques, réalisé un film et, depuis 1967, il réalise et expose régulièrement des peintures, des collages et des objets.

Bibliographie

  • Malgré la nuit. Anvers : L'aiguille aimantée, 1940
  • La chaise de sable. Bruxelles : L'invention collective, 1940
  • L'oiseau qui n'a qu'une aile. Anvers : ça ira, 1941
  • Les corrections naturelles.  Bruxelles : Librairie Selection 1947
  • L'ancre jetée dans le doute.  Bruxelles : les lèvres nues, 1972
  • Les confessions parallèles. Bruxelles : Le Vocatif, 1972
  • Le paysan du tendre, Bruxelles : Le Vocatif, 1973
  • Tout reste à dire : un entretien avec Christian Bussy, 1970.  Bruxelles : Didier Devillez, 1997.

Textes


La cathédrale

              C'était au temps des dames très pudiques et très imaginatives.
Quand elles allaient se promener au cimetière, elles marchaient à petits
pas, et l'on raconte qu'elles serraient étroitement leur jupes, dans la
crainte de troubler les morts en leur redonnant le désir de l'existence sinon
le regret.  Ou l'un et l'autre, qui sont presque du pareil au même.

Commentaires


Parmi les néo-surréalistes, dans la lignée de Paul Nougé et de Louis Scutenaire, Marcel Mariën est sans doute celui qui affiche le plus de sens artistique.  Comme eux aussi, il se spécialise dans l'écriture d'aphorismes de l'absurde.  Il n'oublie pas les leçons d'Henri Michaux et de Raymond Queneau: il remet en cause la constitution même du langage et du vocabulaire, auxquels il ajoute des joyeusetés aussi salaces que réjouissantes.  La liberté, pour lui, consiste à jongler avec les mots.

Editions Traces, Bruxelles "La poésie francophone de Belgique (1903-1926)