MOULIN Jeanine


Biographie

Née à Bruxelles le 10 avril 1912. Membre de l'Académie. Essayiste et poétesse.

Bibliographie

  • Les Chimères de Gérard de Nerval, Bruxelles, Les Cahiers du Journal des Poètes, 1937.
  • Manuel poétique d' Appolinaire, Bruxelles, Les Cahiers du Journal des Poètes, 1939.
  • Jeux et Tourments, poèmes, Bruxelles, La Maison du Poète, 1947.
  • Gérard de Nerval, Les Chimères, Exégèses, Collection Textes Littéraires Français, Genève, E. Droz, 1949.
  • Guillaume Apollinaire ou La Querelle de l' ordre et de l' Aventure, Textes inédits,  Genève, E. Droz, 1952. (Coll. Textes Littéraires Français).
  • Marceline Desbordes-Valmore, Paris, Seghers,1955. (Coll. Poètes d' Aujourd'hui)
  • Feux sans joie, poèmes, Paris, Seghers, 1957.
  • Rue Chair et Pain, poèmes, Paris, Seghers, 1961.
  • Christine de Pisan, Introduction, choix et adaptation par Jeanine Moulin, Paris, Seghers, 1962.
  • La poésie féminine, Epoque moderne, Paris, Seghers, 1963.
  • La poésie féminine, du XIIéme XIXéme siècle, Paris, Seghers, 1966.
  • La Pierre à feux, poèmes, Paris, Seghers, 1968.
  • Les Mains nues, poèmes, Paris, Librairie Saint-Germains-des-Prés, 1971.
  • Textes inconnus et peu connus de Fernand Crommelynck, Etude critique et littéraire, Bruxelles,  Palais des Académies, 1974.
  • Voyage au pays bleu, Bruxelles, Pierre de Méyère, 1975.
  • Huit siècle de poésie féminine, Paris, Seghers, 1975.
  • Fernand Crommelynck ou le théâtre du paroxysme, Bruxelles, Palais des Académies, 1978.
  • Musée des objets perdus, Paris, Ed. Saint-Germain-des Prés, 1982.
  • La craie des songes, Ed. Saint-Germain-des-Prés, Paris, 1986.
  • Les yeux de la tête et autres récits, Paris, Le Cherche midi, 1988.
  • De pierre et de songe, oeuvres poétiques 1961-1991, Paris, Ed. de la Différence, 1991.

 

Textes


Neige, Féminine froideur

Si fragile,
tu ne pouvais être que blanche,
neige sans voix ni poids.
Tu nies en tombant ta forme de flocon
et rejoins une terre où durcit ta candeur.
Féminine fierté qui séduis sans éclats,
tu es seule à charmer par ta souple froideur.
Si tu touches le feu, sous tes larmes, il se meurt.

Commentaires


Exégète reconnue de Nerval, d'Apollinaire, de Crommelynck et d'autres écrivains marquants, Jeanine Moulin écrit des poèmes à la fois de lucidité et de jeu. Elle s'interroge sur le sens de la vie et sait que le verbe est comme un catalyseur: toute vérité passe par lui, alors même qu'il met comme un malin plaisir à déformer l'essentiel. Entre l'évidence et les perditions de toutes natures, elle sait glisser son grain de sel. Les lourdes certitudes de la raison et du coeur prennent alors une allure fable. Il faut dans le quotidien et le palpable mettre une certaine malice.

La poésie francophone de Belgique (1903-1926), Éditions Traces, Bruxelles.