FAULN Catherine


Biographie

Bibliographie

  • Cinquante poèmes, Verviers, La Flûte enchantée, 1988

Textes


Paroles de Statue

Présence inexorable, appelante aux mains nues,
Tu me tires d'un long et morne enchantement.
Et je vois ton regard se vêtir gravement
De vertus et de fleurs qui me sont inconnues.

Le sourire a marqué ma bouche, ô très longs jours,
Mais ne t'y trompe pas.  Je ne suis que prélube
A la tendre poussière.  Orgueil et solitude,
A jamais enfermée en de justes contours.

Va, passe ton chemin, douceur, clair voix d'arbre.
Dans ce roc, c'est ton âme en peine qui te ment.
Va boire ton repos aux visages vivants
Et me laisse à ce corps de sommeil et de marbre.

Commentaires


Une vie brève parcourue de quelques poèmes parfaits, une longue absence, une discrétion absolue: telle est l'image que nous laisse Catherine Fauln.  Sans doute, depuis Catherine Pozzi, n'a-t-on rien lu de plus naturel, le temps qui passe, la mélancolie, la foi.  Hors de toute contingence, cette poésie ne s'intègre dans aucune histoire de la littérature.  Elel est pure et durable, et très seule.

Editions Traces, Bruxelles "La poésie francophone de Belgique (1903-1926)


Disponible(s)

Coordonnées