DELÈVE Ernest


Biographie

Poète belge (1907-1969).

Bibliographie

  • La belle journée, Georges Houyoux, Bruxelles, 1953.
  • Pura seta, idem, 1959.
  • Je vous salue chéries, idem, 1961.
  • Poésies, Le Taillis Pré, Châtelineau, 2002, "Collection Ha!".
  • Poèmes inédits, Le Taillis Pré, Châtelineau, 2003, "Collection Ha!".

Textes


Régime

             I

La ville se sent pleine
De prisons mal fermées

De ruines qui rongent
Le sol sous l'ennemi

De bouges atteints
De maladies honteuses

De lampes cachées
De haine en veilleuse

Patrouilles de peur
Autour des vainqueurs

Des traîtres dormant
Mal sans leur masque

           II

L'ivresse est rationnée
Le papier brûle

La bassesse est pensionnée
La musique hurle

Quant à l'amour
On voit de temps en temps un ange

Se fracasser sur le Trottoir

Commentaires


Ernest Delève a connu l'existence la plus effacée, la plus solitaire, la plus plate, la plus insignifiante. Il a publié trois recueils, entre 1953 et 1961, chez un éditeur méritoire, Georges Houyoux, qui était presque aussi discret que lui et qui n'a pas réussi à le tirer de l'ombre, sauf aux yeux d'une dizaine de bons esprits. Une étude consciencieuse d'Edmond Kinds dans la collection "Poètes d'aujourd'hui", chez Pierre Seghers, n'a pas davantage contribué à sa renommée. Dans son premier livre, La belle journée, il est pourtant un poète d'une incroyable pertinence et d'une révolte comparable à celle d'Artaud ou de Roger Arnould Rivière. Ayant surmonté, en apparence, son hostilité foncière, une sorte d'équilibre. Il y parvient, comme par l'absurde, dans son dernier, livre, Je vous salue chéries. Cet acquiescement se voudrait illuminé, mais le coeur y est-il? En tout cas, on y devine la volonté du bonheur, de la part d'un maudit: un phénomène rare.

La poésie francophone de Belgique (1903-1926), Éditions Traces, Bruxelles.