CHAVEE Achille


Biographie

Né en 1906 à Charleroi, Achille Chavée est issu d'une famille catholique. Après des études de Droit à Bruxelles (1925), il s'inscrit en 1930 au Barreau de Mons.

Il s'engage en 1927 dans l'action politique et fonde avec Walter Thibaut "L'Union fédéraliste wallonne" qui revendique l'autonomie culturelle et politique de la Wallonie. Il participe à la création de la revue "La Bataille wallonne" qui paraît en 1929. Il prend la défense des ouvriers et des mineurs après les grandes grèves débutées dans le borinage et la région du Centre ensuite étendues au bassin industriel Wallon en 1932. Le groupe « Rupture », mouvement dont l’engagement politique est la principale motivation.

En 1935, Chavée publie son premier recueil « Pour cause déterminée » et le premier (et unique) numéro annuel de la revue "Mauvais temps" au sommaire duquel figurent, entre autres, Fernand Dumont, André Lorent, René Magritte, Constant Malva... La même année, Chavée collabore au "Bulletin international du Surréalisme" et est co-signataire du "Couteau dans la plaie" qui réunit pour la première fois le groupe surréaliste de Bruxelles : Magritte, Mesens, Paul Nougé, Louis Scutenaire, André Souris, et celui du Hainaut. Deux autres recueils de Chavée paraissent aux éditions Rupture : « Le Cendrier de chair » (1936) et « Une fois pour toutes » (1938).

En 1936, Achille Chavée rencontre André Breton et Paul Éluard, à Paris, et cosigne à Bruxelles l'exclusion du groupe belge du musicien André Souris. En novembre, il part en Espagne et s'engage dans la brigade Dombrovski en tant qu'officier puis auditeur militaire. Il y participera au processus d'élimination physique des militants anarchistes par les staliniens. De retour en Belgique en 1937, il fait, en 1938, la connaissance de Pol Bury. Après la dissolution de "Rupture" (fin 1938), Achille Chavée fonde, le 1er juillet 1939 à Mons, « Le Groupe surréaliste en Hainaut », avec Fernand Dumont, Marcel Lefrancq, Armand Simon, Louis Van de Spiegele. En 1940, il collabore aux deux numéros de la revue "L'invention collective" créée par Magritte et Raoul Ubac. Résistant communiste durant la Seconde Guerre mondiale et recherché par la Gestapo, il entre dans la clandestinité en 1941.

En 1946, Achille Chavée dissout le "Groupe surréaliste en Hainaut" et fonde, le 19 février 1947, le groupe "Haute Nuit" avec Lefrancq, Van de Spiegele et Simon. Ce groupe proclame le rejet de tout dogmatisme, son hostilité au conformisme dans l'art et sa croyance en l'avant-garde. « Nous avions senti que le surréalisme était devenu une mode, une étiquette dont des tas de gens s'affublaient : il fallait continuer autrement l'aventure. » Le groupe « s'est donné pour mission d'encourager toutes les manifestations originales et tous les mouvements d'avant-garde dans l'art et la pensée, d'où qu'ils viennent. »
Chavée participe activement au "Surréalisme révolutionnaire". En 1956, il fonde le groupe "Schéma" et adhére en 1961 au Mouvement populaire wallon.

Achille Chavée collabore encore à plusieurs revues surréalistes belges et publie une trentaine de recueils de poèmes.
Jusqu’à sa mort en 1969, il encourage de nombreux jeunes artistes, écrivains, sculpteurs, peintres et photographes.

Source : WiKipédia

Bibliographie

  • Pour cause déterminée, poèmes, Bruxelles, Renée Henriquez, 1935.
  • Le cendrier de chair, poèmes, La Louvière, Cahier de Rupture (copo. 1936).
  • Une fois pour toutes, La Louvière, Cahier de Rupture, (cop. 1938).
  • La question de confiance, Mons, Groupe surréaliste en Hainaut (a.i. 1940).
  • D'ombres et de sang, poèmes, La Louvière, Ed. du Boomerang, 1946.
  • Écorces du temps, poèmes, La Louvière, Haute-Nuit, 1947.
  • De neige rouge, poèmes, Mons, Haute-Nuit,1948.
  • Écrit sur un drapeau qui brûle, poèmes, Mons, Haute-Nuit,1948.
  • Au jour la vie, Poèmes, Mons, Haute-Nuit, 1950.
  • Blason d'amour, Poèmes, Mons, Haute-Nuit, 1950.
  • Éphémérides, cinquante poèmes d'usage, Mons, Hate-Nuit, 1951.
  • À pierre fendre, poèmes, Mons, Haute-Nuit, 1952.
  • Cristal de vivre, poèmes, Mons, Haute-Nuit, 1954.
  • Entre puce et tigre, La Louvière, Ed. de Montbliart, 1955.
  • Catalogue du seul, poèmes, La Louvière, Ed. de Montbiliart, 1956.
  • Les traces de l'intelligible, poèmes, Ma Mouvière, Ed. de Montbiliart, [s.d.].
  • Quatrains pour Hélène, poèmes, Mons, Haute-Nuit, 1958.
  • L'enseignement libre, poèmes, Notes, moralités, aphorismes, Mons, Haute-Nuit, 1958.
  • Laetare 59, aphorismes, La Louvière, Daily-Bul, (cop. 1959).
  • Le prix de l'évidence, poèmes, Paris-Bruxelles, Bibliothèque Fantomas [s.d.].
  • L'éléphant blanc, La Louvière, Ddaily-Bul, (cop. 1961).
  • Poèmes choisis, Paris-Bruxelles, Antologie de l'Audiothèque, [s.d.].
  • Tendances nouvelles de la littérature et de l'art dans la région du Centre, La Louvière, Tiré à part de la revue "Rencontres" Cahiers de l'I.P.E.L., Hainaut, Belgique, n° 1-2  janvier-juin  1963.
  • Le sablier d'absence, Edda (s.l.n.d.).
  • Décoctions, La Louvière, Dailly-Bul, (cop. 1964).
  • De vie et de mort naturelles, poèmes, La Louvière, Ed. de Montbliart, (cop; 1965).
  • Adjugé, poèmes, La Louvière, Daily-Bul, 1966.
  • L'agenda d'émeraude, poèmes, La Louvière, Ed. de Montbliart, 1967.
  • Le grand cardiaque, poèmes, La Louvière,  Daily -Bul, 1969.
  • Au demeurant, aphorismes, La Louvière, Daily-Bul, 1969.
  • Décoctions II, aphorismes, La Louvière, Daily-Bul, 1974.
  • 7 poèmes de haute négligence, La Louvière, Les Amis d'Achille Chvée, 1975.
  • Petit traité d'agnosticisme, aphorismes, la Louvière, Daily-Bul, 1979.
  • Résurgences, La Louvière, Daily-Bul, 1990.
  • Avatars, La Louvière, Daily-Bul, 1991.

Oeuvre complète

  • Oeuvre I, 1935-1946, La Louvière, Les Amis d'Achille Chavée, 1977.
  • Oeuvre II, 1947-1950, La Louvière, les Amis de l'Ardenne, 1978.
  • Oeuvre III, 1951-1956, La Louvière, Les Amis d'Acille Chavée, 1984.
  • Oeuvre IV, 1957-1961, La Louvière, Les Amis d'Achille Chavée, 1986.
  • Oeuvre V, 1964-1969, La Louvière, Les Amis d'Achille Chavée, 1994.
  • Oeuvre VI, 1974-1991, La Louvière, Les Amis d'Achille Chavée, 1994.

Anthologies

  • Poèmes choisis, Bruxelles-Paris, Anthologie de l'Audiothèque, [s.d.].
  • Ego-Textes, 96 poèmes et de nombreux aphorismes choisis par André Baltazar et précédés d'un mélangeur de Pol Bury, La Louvière, Daily-Bul, 1967.
  • À cor et à cri, Bruxelles, Labor, 1985.

Discographie

  • Achille Chavée, disque 33 tours et livret, poèmes et aphorismes dits par l'auteur, Robert Delieu et Paul Louka, Musique de Paul Louka, La Louvière, Daily-Bul, 1971.
  • Achille Chavée, cassette sonore et livret, Poèmes et aphorismes, dits par l'auteur, alxandre Von Sivers et Jean-Pol Ganty, Bruxelles, Ed. Décembre, 1979.

Collaborations

  • Les Mystères du Drapeau Blanc, par Achille Chavée, Fernand Dumont, André Lorent, La Louvière, Daily-Bul, 1979.
  • Revues : Phantomas, Edda, Savoir et Beauté, le Journal des Poètes, Daily-Bul, Rencontres, Temps Mêlés, etc...

À consulter

  • Bechet Achille, Achille Chavée, tournai, Unimuse, 1968.
  • Miguel André, Achille Chavée, Paris, Seghers, 1969.
  • Pirotte Ernest (pseudo de Pol Bury), Achille Chavée, Avocat ou La Mammifération des Libelllules, Photographies de l'auteur, La Louvière, Le Daily-Bul, 1969.
  • Stas André, Pour une approche de l'acception d'aphorisme au XXème siècle et spécialement chez Achille Chavée, Herstal, chez l'auteur, (mémoire de licence), 1972.
  • Baras, Jean-Pol, Achille Chavée, essai de bibliographie commentée, Carnières, chez l'auteur, 1973.
  • Achille Chavée 1906-1969, La Louvière, centre culturel du Hainaut, 1979.

Textes


Le ver est dans le fruit

Le ver est dans le fruit
le fruit est dans le ventre
le ventre est dans le corps
le corps est dans le temps
le temps est dans l'horloge
l'horloge est dans l'attente
            l'attente
est une pincée de tapioca

Commentaires


Achille Chavée est le plus caractéristique des surréalistes et de loin le plus convaincant, non point sous l'angle du surréalisme orthodoxe, mais comme poète sans étiquette. D'abord respectueux des formules établies par les puristes du mouvement, André Breton et Benjamin Péret en tête, il évolue peu à peu vers une inspiration moins volontairement saugrenue. Il incarne alors, dés le milieu des années 50, le surréalisme belge dans toute sa spécificité: au contraire de la veine onirique et solaire dans ses extases, comme en France, il se veut plus sombre, plus profond et plus désespéré. Bientôt il s'annexe le sentiment inéluctable de l'absurde. Cet apport, qui ressemble bien aux aspects gris et étouffants du Borinage, donne à ses poèmes quelques chose d'essentiel, de grave et d'impardonnable. L'homme n'y est plus un être équilibré ou bercé par l'illusion salvatrice mais vaine de la fable. Le visible et l'invisible, le raissonable et le déraisonnable, le vrai et le faux, tout se réconcilie en cette poésie qui se résume à un état d'âme très moderne: nous ne devons pas nous accepter.

La poésie francophone de Belgique (1903-1926), Éditions Traces, Bruxelles.