MEURANT René


Biographie

Né à Namur en 1905, René Meurant est mort à Bruxelles en 1977. Son oeuvre poétique est composée de dix recueils, aujourd’hui introuvables en librairie, et de poèmes inédits. Elle se concentre pour l’essentiel sur deux décennies, de 1930 à 1950.

 Elle ne peut être séparée de son travail ultérieur de folkloriste et d’ethnologue principalement consacré à l’étude des géants processionnels et de cortège. Sa poésie se caractérise par son engagement dans la lutte sociale et politique des années 30. Elle pressent la montée du nazisme et appelle à la résistance. Conçue pour être lue à haute voix, elle revêt souvent des accents bibliques et révolutionnaires. Comme Albert Ayguesparse, René Meurant participe à l’expérience des chœurs parlés de Madeleine Renaud.

Son écriture est exigeante, rigoureuse en même temps que lyrique et généreuse, toute entière habitée par une pensée fraternelle et lucide.

Dans son dernier recueil, « Le jour se lève », publié en 1950 et dédié à sa compagne, élisabeth Ivanovsky, sa parole s’apaise et devient célébration de l’amour et de sa plénitude

René Meurant est l’un des fondateurs du Journal des Poètes aux côtés de Pierre Bourgeois et d’Edmond Vandercammen, notamment.


 

Bibliographie

Notice bibliographique

1928

  • Nuit de garde - Chanson - Danseuse. In : Anthologie de la jeune poésie belge. Bruxelles : La Renaissance d’Occident, t. 2, 350-352. Poésie.

1930

  • Parole d'homme. Bruxelles : L'églantine. Poésie.

1931

  • Poèmes. In : Anthologie des jeunes écrivains belges 1930-1931. Louvain : éd. des Jeunes Auteurs.

1934

  • Naissance de la Révolte. Bruxelles : Les cahiers du Journal des Poètes. Poésie.
  • Hymne aux morts d’Autriche. Le Journal des Poètes, 8/4/34, extrait de Naissance de la Révolte. Poésie.

1936

  • Le chasseur aux mains vides. Bruxelles : Les Cahiers du Journal des Poètes. Poésie.
  • La Foudre me tient par la Main. Paris : Debresse. Poésie.
  • L’Enfant prodigue, poème. In : Hommage à Pierre-Louis Flouquet, Bruxelles : Les Cahiers du Journal des Poètes. Courrier des Poètes 3, n°25, 31 décembre, 65-67.

1937

  • Le Cœur à la Mer. Paris : Sagesse. Poésie.

1938

  • Ducasse d’Ath. Bruxelles : La Phalange. Traditions populaires
  • Europe sans pardon. Paris : Debresse. Poésie.
  • Chant pour la tzigane - Chant pour la conjuration par le sang, poèmes in : L ' Avant-Poste, n°4, 22-23. Bruxelles.

1939

  • Gages. Bruxelles : Cahier du journal des Poètes. Poésie.

1940

  • L’Art de servir un texte - Elisabeth Ivanovsky imagière de talent. Bruxelles : Savoie et Beauté 4, 6-7 avril. Texte.
  • Poèmes. In Anthologie de poèmes inédits de Belgique. Bruxelles : Pylône.
  • Collection Pomme d’Api. Bruxelles éditions des Artistes. [textes de René Meurant], illustrations d’élisabeth Ivanovsky. 24 petits livres pour enfants 1942-1945. Poésies, traditions populaires.
  • Les très petits d’élisabeth Ivanovsky, réédition des 24 livrets de la collection Pomme d’Api, plus un fascicule de présentation de Georges Meurant, Nantes, éditions MeMo, 2007
  • La Folie du Reître. Bruxelles : la Maison  du Poète. Poésie

1943

Bestiaire des Songes. Bruxelles: Éditions des Artistes. Gouaches d'élisabeth Ivanovsky. Poésies.

1945

  • Rouvroy, André [René Meurant], illustrations d’élisabeth Ivanovsky, Les petits chats. Bruxelles : éditions des Artistes. Livre pour enfants.
  • Rouvroy, André [René Meurant], illustrations d’élisabeth Ivanovsky, Le violon Magique Paris : éditions des Artistes. Livre pour enfants.
  • Les Chants du Travail, poèmes. In : Marginales 1, Bruxelles, décembre, 17-21.

1946

  • Les Chants du Travail, poèmes. In : Marginales 2, Bruxelles, février, 17-21.
  • Ivanovsky, élisabeth. Cuchette et Porcinet. [Texte de René Meurant]. Bruxelles : éditions des Artistes. Livre pour enfants.
  • Contes fabuleux. In : Les Heures, Paris - Bruxelles (direction Franz Hellens). Traditions populaires.
  • Complaintes populaires. Bruxelles : Espoir, 21/11, p.6. Traditions Populaires.
  • Fêtes de Métiers. Bruxelles : Espoir, 5/12. Traditions Populaires.

1947

 

Se marier pendant le mois de mai. Vie Wallonne XXI, 299. Traditions Populaires.

 

1948

  • Poème de la nuit du 2 au 3 novembre. Bruxelles : La Maison du Poète.
  • Poèmes. In : Guiette, René. Poètes Français de Belgique, de Verhaeren au surréalisme. Paris - Bruxelles : Lumière. Poésie.
  • Poèmes. In : Pacifisme, les poètes contre la guerre, Bruxelles : n° spécial du Journal des Poètes, p. 4.
  • Les Géants Processionnels. Bruxelles : Marginales n°12, juillet, 121-137.

 

 

1949

  • Folklore poétique : petit répertoire à l’usage de la belle qui cherche un mari. Bruxelles : Journal des Poètes 1/6. Traditions populaires.

1950

  • Le jour se lève. Bruxelles : La Maison du Poète. Poésie.

1953

  • Les Géants processionnels de Wallonie, Province du Luxembourg. Bruxelles : Chez l’auteur. Traditions Populaires.

1954

  • Poèmes in Anthologie de la deuxième décade 1940 - 1950. Bruxelles : La Maison du Poète.
  • Maître Manol, le maçon volant. Bruxelles : Icare : n°50, 10/11, 5-7. Traditions  Populaires.
  • L’étoile de glace. Poèmes inédits en recueil.

1955

  • La figuration des saints et en particulier de St. Christophe dans les anciens Pays-Bas. Douai : Société d’agriculture, Sciences et Arts de Douai. Traditions Populaires.

1956

  • Les géants processionnels de Bouvignes au XVIe siècle. Namur : Le Guetteur wallon. Traditions Populaires.
  • Poèmes inédits, Bruxelles, Marginales n°50/51.
  • Les Géants de Bruxelles pendant la première moitié du XIXe siècle. Bruxelles : Bruxellensia n°2, 6/10. Traditions populaires

1958

  • Les Géants de Cortège en Belgique. Le Folklore brabançon n°138, 599-638. Traditions Populaires.
  • Poèmes, dont inédits. Bruxelles : La Maison du Poète, Anthologie poétique de l’Exposition, 303-307. Poésie.
  • Le Folklore poétique universel - L’emmurement de la femme du maçon. Bruxelles.
  •   Le Journal des Poètes. Traditions Populaires.

 

 

1959

  • Chevaux Jupons de Wallonie. Bruxelles : Annuaire XI (57-58) de la Commission royale belge de Folklore (section wallonne), 97-130. Traditions Populaires
  • La fête des chats à Ypres. Bruxelles ; Bulletin trimestriel du Crédit Communal de Belgique, XIII, 47, 29-32. Traditions populaires.
  • L’Ommegang de Bruxelles. Bruxelles : Bulletin trimestriel du Crédit Communal de Belgique, XIII, 48,61-67. Traditions populaires

1960

  • A propos du carnaval de Binche. Bruxelles : Bulletin trimestriel du Crédit Communal de Belgique, XIV, 51,17-22. Traditions Populaires.
  • Vive le Roi ! A Bas l’Octroi. Bruxelles : Bulletin trimestriel du Crédit Communal de Belgique, XIV, 54,201-210. Histoire.
  • Poèmes. In : Jonckheere, K Gemini. Bruxelles- Anvers : Manteau. Poésie.
  • Géants et monstres d’osier. Bruxelles : Bulletin de la société royale belge d’Anthropologie et de Préhistoire, LXXI, 120-155.Traditions populaires

1961

  • Vandereuse, Jules - Meurant, René : Les Géants du Brabant wallon. Bruxelles : Commission royale belge de Folklore. Annuaire XII 1958-1959, 151-183. Tradition Populaires
  • Entrées triomphantes. Bruxelles : Bulletin trimestriel du Crédit Communal de Belgique, XV, 58, 185-192. Histoire.
  • Les géants et le Carnaval de Wallonie. Bruxelles : Annales du XXVIIIe Congrès de la Fédération archéologique, historique ou folklorique de Belgique, Arlon. Traditions Populaires.
  • Les géants carnavalesques. Bruxelles: Cahiers du Folklore wallon, 29-33. Traditions Populaires
  • Réflexions d' après carnaval. Bruxelles : Cahiers du Folklore Wallon 5, 1-4. Traditions populaires.
  • Le Folklore. Samuel Glotz, Joseph Henrion, René Meurant, in : Hainaut d’hier et d’aujourd’hui, Centre culturel du Hainaut, 69-95. Traditions populaires.

1962

  • La Main coupée, recueil de l’ensemble des poèmes édités et inédits, postérieurs à 1932. Manuscrit non publié à ce jour.
  • Extraits de poèmes dont inédits, Bruxelles : Anthologie de la troisième décade. La Maison du Poète, 356-360.
  • Géants de Cortège, in Anthropos, St Augustin, LVIII, 224-230. Traditions Populaires.
  • Planche René Meurant. In : Anna Staritzky, portfolio 6 Poètes belges. Poésie.

1964

  •  [René Meurant]. Musokolok ou la nuit fertile. Calligraphie d’Elisabeth Ivanovsky. Poésie ludique.

1965

  • L’apparition des Géants processionnels ou des Géants de Cortège aux anciens Pays-Bas. Porto 1963 - Bruxelles. Annuaire de la commission royale belge de Folklore (section wallonne), XVI 1968 36-40
  • Le Folklore au Pays d’Ath, in : A la découverte du Pays d’Ath. Catalogue d’exposition. Charleroi : L ' Imprimerie provinciale, 75-83.

1966

  • A Propos du folklore du pays d’Ath, in : Rencontres, cahiers 2-3 de l’institut Provincial de l’Education et des Loisirs ( Hainaut) 128-147. Traditions Populaires.
  • Le cortège d’Ath du XVe au XIXe siècle, Bruxelles : Bulletin trimestriel du Crédit Communal de Belgique. XX, 78, 179-190. Traditions Populaires.

1967

  • Contribution à l’Etude des Géants processionnels et de Cortège dans le nord de la France, la Belgique et les Pays-Bas. Paris : Maisonneuve et Larose. Arts et traditions populaires, n°2, 119-160. Traditions populaires
  • Le Lumeçon de Mons, Bruxelles : Bulletin trimestriel du Crédit Communal de Belgique, XXI, 82, 181-190. Traditions populaires.
  • Le Lumeçon. Catalogue de l’Exposition organisée lors de l’ouverture du Siège du Crédit Communal pour le Hainaut. Traditions populaires.
  • Enquête sur le jeu de crosse. In : Bulletin du Cercle royal d’Histoire et d’Archéologie d’Ath et de la région, I, annexe. Traditions et parlers populaires.
  • Folklore Boitsfortois. Bruxelles : Institut de sociologie de l Université Libre de Bruxelles, Centre d' Etude' Arts. Traditions et parlers populaires.

1968

  • Géants et monstres d’osier au Portugal. Bruxelles : Annuaire de la Commission royale belge de Folklore, XVI, 1962-63, publié en 1968. Traditions populaires.
  • Morphologie des géants de cortège, méthodes de prospection et de notation. Bruxelles, Annuaire de la Commission royale belge de Folklore, XVI, 1962-1963, 74-98, publié en 1968, Traditions populaires.
  • Les géants de cortège dans le folklore de l'ère industrielle. In : Le Folklore dans le monde moderne, Bruxelles : Ministère de la culture, 55-62. 1965, publié en 1968. Traditions populaires.

1969

  • Morphologie, montage et modes d’animation des Géants d’Ath. Porto, Revista de Ethnografia XII n°23, 5-7. Traditions populaires.
  • Meurant, René et Rousseau Félix, Le Folklore. Bruxelles : Pro Civitate, coll. Histoire. Les travaux d’histoire locale, conseils aux auteurs, compléments I, 45-53. Traditions populaires.


1970

  • Les Géants de cortège en Famenne. Bruxelles : Ministère de la culture. Commission royale de Folklore, section Wallonne : Contribution au renouveau du folklore en Wallonie, IV, 207-217. Traditions populaires.

1971

  • Quelques aspects du folklore dans le Hainaut et la province de Namur. Bruxelles : Sabena Revue. Traditions populaires.
  • Le Meiboom. Bruxelles : Bulletin trimestriel du Crédit Communal de Belgique, XXV, 95, 60-83. Traditions populaires.
  • Diables, hommes sauvages et chevaux-jupons à la ducace d’Ath.  Malines : Annales du XLIe congrès de la Fédération archéologique et historique de Belgique, Malines, T II, 452-458. Traditions populaires.
  • Figures gigantesques à Liège dans le passé et à présent. Annales du XLe congrès de la Fédération archéologique et historique de Belgique, Liège, T2, 625-644. Traditions populaires. 
  • Alexandre Keresztessi. Grand Goliath sur le pont du Moulin. Journal de la ducasse d’Ath.

Textes


Je prends cette bouche

Je prends cette bouche
Je prends cette langue
Monte monte
orage aux pupilles

Reprends cette bouche
Reprends cette langue
Tombe tombe
dernière coquille

Je nomme tienne
cette blessure
Mange mon coeur
mange à ta faim

Gonfle gonfle
ouragan des poumons
Souffle ta rage
aux rivages du coeur

Mange ce nuage ma bouche
Je prends cette bouche
Je prends cette langue
Inonde mes mains marée des hanches
Dévaste mon front tornade

Une larme
pèse plus qu'une goutte de sang

***

Vois :

Les orages du printemps

lavent la face de la terre,

cet ouragan de violence

lavera le front des hommes.

 

Nous y laisserons de notre vie

la meilleure part,

nous y laisserons la plus grande part.

Car il faudra trancher le cordon de chair vive

qui nous joint au passé.

La cicatrice réfractaire,

Combien d’années pour la fermer ?

 

Ces plaies universelles qui t’émeuvent,

combien de siècles sont morts à les nourrir !

 

Arme-toi de courage, cœur trop sensible,

nous sommes la génération de pierre,

assise des générations.

 

                                                           Naissance de la révolte

                                                           Les Cahiers du Journal des Poètes

                                                           ( 1934)

 

 

Désemparé chassé de ton rempart

tu te mires dans le vide

Tu n’enchaînes plus que les menaces creuses

dont se repaît ton cœur

 

 

Ton abri le plus sûr s’est retiré de toi

L’abri déjà n’est plus que la prise incertaine

du chasseur à venir

 

 

La tour bâtie

s’est dissipée dans le mirage des nuages

Les fleurs qui couronnaient le faîte

qui sait Peut-être piquées

dans les crinières de la mer

 

                                                           Le chasseur aux mains vides

                                                           Les Cahiers du Journal des Poètes

                                                           ( mars 1936)


 

 

Il suffit d’un commun éclair

pour que les yeux se lient aux yeux

du naufrage d’une larme secrète

pour que les mains se lient aux mains

Pour que les serres menaçantes

s’engloutissent dans le ciel

Il suffit d’une parole

Les merles échappés aux vergers de l’enfance

se rient du tonnerre

la meute des chiennes plaintives

abandonne mes pas

le silence se gonfle en une voix aimée

pour bercer mes silences

 

                                                           La foudre me tient par la main

                                                           René Debresse, éditeur avril 1936.     

 

 

Chant de route pour la mort.

 

Ou la mort à la coupe ou la mort à la croix

Ou la mort à la faux portant un sablier

Ou la mort à la dague ou la mort aux chandelles

Ou la mort au couteau que fournit la charrette

Ou la mort grande dame chevauchant les routes

dans la plainte des fifres le chant du soleil

Je change de visage et je reste éternelle

 

                                                           Europe sans pardon ( extrait)

                                                           René Debresse, Paris,1938 

 

 

 

Chant pour la transfiguration du visage

 

Visage beau visage

lève-toi de la neige

Visage plage d’aube

je n’ose reconnaître

tes frontières de chair

Visage beau visage

tes anges sont-ils morts ?

Je le touche si j’ose

le visage désert

je lui rends ses fantômes

 

                                                           Gages

                                                           Cahiers du Journal des Poètes( 1939)

VISAGE CHAIR DOUCE AU DELIRE

 

Age ange angoisse

la tête se tue à penser

le bras se lasse d’abattre

 

Tu effaces un visage de ton œil

une tache remplace la face enlevée

seule la couleur a changé

 

Cicatrices étoiles de la chair

leurs branches ne cessent de grandir

une blessure vit à l’envers

 

Visage chair douce au délire

son ombre te quitte avec le sommeil

Faudra-il le noyer pour le revoir à l’aube ?

 

Tu te perds dans cette eau qui dérobe la terre

La taille que tu prends dans tes mains adoucies

se révèle une vague sans poids et sans corps

 

Toutes tes passes d’âmes te livrent à la nuit

Tes statues de fer s’éveillent pour mourir

Tu sais que désormais tu n’entendras le sable

Un naufrage à lui seul emplit l’éternité

 

                                                           La folie du reître

                                                           La Maison du poète ( 1942)

 


 

Il m’a fallu longtemps pour le savoir

ton visage d’entre lune et soleil

ce visage lavé par les eaux du sommeil

qui s’efface devant l’âme

 

Il t’a fallu longtemps pour le savoir

sous l’armure noire du cavalier

Ce tendre cœur trop souvent foudroyé

qui fait ton apprentissage

 

Il nous a fallu longtemps pour la voir

briller en nous comme un feu de minuit

souveraine compagne du jour de la nuit

l’éternelle présence

 

                                                           Le jour se lève

                                                           La Maison du Poète (1950)

 

 

 

 

 

Commentaires