Textes inédits, par Jack Keguenne


Auteur : Jack Keguenne
aux D.
 
pavés des quais de sambre
et théâtre débordant de lavande
une pluie essentielle
 
anges et outils d'un même aveu
les mains sont entières qui s'assemblent
s'offrent aux épaules ou s'approchent des reins
 
l'éternité dit-on passe par la cambrure
et la lumière demeure sursaut
 
 
tout instant s'invente dans sa maladresse
incliner la tête fomente
et aussi décroiser les jambes
 
l'eau oblige à un nouvel équilibre
et lire fait écluse entre les sources
la voix se cherche un estuaire franc
 
écouter domine
 
 
rien ne se perd qui ne soit déjà égaré. les millénaires, ou quelques journées, rapprochent les continents. une bière, un vin pour te dire ma ville, ma jeunesse, un ancien incendie.
tombe, c'est un mot pour celui qui trébuche ou les travers d'un autre siècle, hélas passé.
les confidences débordent les solitudes et les miroirs décomposent les souvenirs, le sommeil pose un couvercle.
 
 
un parfum de sauge ou un mot inconnu, l'idée audacieuse d'une trêve discutée autour d'un repas. émietter dans l'ombre quelques secrets lorsque tout germe dans le calme des rues.
puisqu'elle est en place, laisser parfois la vigie éclater de rire.
 
 
personne n'a jamais soudé un rivage, démonté l'immobilité d'une statue, augmenté un argument futile.
quiconque renonce aux douceurs de la chair s'épuise ensuite en regrets. rien ne maîtrise l'ampleur des nuits. on ne se débarrasse pas d'un poème.
il faudra chercher encore un restaurant et le mot juste.
l'annonce au monde ne viendra que bien plus tard et sans doute n'écoutera-t-il pas, trop distrait par une monnaie fatiguée.
 
 
aux rues piétonnes
une langueur acclimatée
chaque pas s'engouffre vers son silence
 
aux rencontres de juin
un soleil pris d'en bas, mais élevé
et la parole suit les traces de son désir
 
toute déconvenue depuis longtemps envisagée
 
 
retrouver l'écho d'un poème ancien
mémoire en rouille
passerelle étroite de la nostalgie
 
toujours les bagages d'abord encombrent
 
garder l'envie d'effleurer le vent
déplier encore le secret des portes
depuis la note verte d'un jardin entrevu
 
Jack Keguenne (Belgique)
Juin 2010


Retour