PERMANTIER Armand


Biographie

(Saint-Gilles, Bruxelles, 1895 - Ixelles, 1960). 

Peintre, auteur, poète. Travaille initialement comme portier et receveur de tram à Bruxelles. Se lie d'amitié avec les surréalistes et travaille comme illustrateur pour L. Scutenaire. Admiré par R. Magritte. Collabore à des revues telles que «Le ciel bleu», «Les deux soeurs», «Cobra». Auteur d'(auto)portraits, de natures mortes, de paysages. Peint plus de deux cents autoportraits.

 

Source : Nobel : The Belgian artists dictionnary illustrated. Bruxelles : artedis.  [Consulté le 21/11/2011]. Disponible sur : Site  http://www.nobel.be/FR/ART/27640

Bibliographie

  • Le Chant du barbaresque.  Bruxelles : Ed. du Lapsus de Cornouailles, 1950.

  • Oeuvres. Préface de Marcel Piqueray. Bruxelles : Phantomas, 1982.  (Des types en or).

 

Textes


Soir dérobé

La poudre des cieux tombait dans un fracas de pâtisseries.  Une âme blessée se fermait.  Des rafales pourchassaient des yeux phosphorescents.  Un froid de loup bleuissait la neige qui s'étendait à perte de bue.  Des sonettes d'alarmes retentissaient et on suspectait d'innobrables asservisseemnts dans cette trop propice pénombre.

C'était Noël ... Le sois, lourd de besognes manquées, tombait sur les campagnes.

Commentaires


Les proses folles _ ou affolées _ d'Armand Permantier, maudit, inconnu, sans ressources de son vivant, tiennent en moins de cent pages.  Rien n'est plus écorché et, semble-t-il, plus authentique, dans le parti pris de l'incommunicabilité littérale.  On a pu parler d'une sorte de surréalisme viscéral; il s'agit plutôt, dans la lignée de Lautréamont, de Rimbaud et de Jacque Prevel, voire de Roger-Arnould Rivière, d'une hallucination permanente, qui n'a pas besoin de se faire transmissible

"La poésie francophone de Belgique". Bruxelles : Editions Traces, 1987.


Disponible(s)

Coordonnées