DOMINIQUE Jean


Biographie

1873 - 1952.

Pseudonyme de Marie Closset, née à Bruxelles en 1873. Enseignante, elle publia plusieurs plaquettes de poésie, de 1899 à 1912. Un volume de Poèmes choisis parut en 1955.  

Bibliographie

  • Un goût de sel et d'amertume, Bruxelles, Lacomblez, 1899.
  • L'ombre des roses, suivi de Gilles en blanc, Bruxelles, Ed. du Cyclamen, 1901.
  • La Gaule blanche, Paris, Mercure de France, 1903.
  • De la tradition et de l'indépendance, Ed. de La Libre Esthétique, Bruxelles, 1903.
  • L'anémone des mers, Id.1909.
  • L'aile mouillée, Paris, Mercure de France, 1909.
  • Les enfants et les livres, Lamertin, Bruxelles, 1911.
  • Le puits d'azur, Id., 1912.
  • Charles Van Lerberghe, Ed. du Thyrse, 1913.
  • L'institut belge de culture française pendant l'occupation (1914-1918),s.l.n.d.
  • Le vent du soir, Liège, Bénard, 1922.
  • Sable sans fleurs, poèmes en prose, n° spécial de la Nervie, 1925.
  • Une syllabe d'oiseau, Buschmann, Anvers, 1926.
  • Éloge de la poésie, Ed. du Thyrse, Bruxelles, 1929.
  • Yvonne Herman, poète, ibid., 1930.
  • Portrait de Blanche Rousseau, ibid., 1949.
  • Mademoiselle Marie Gaspard, ibid., 1951.
  • Poèmes choisis, La Renaissance du Livre, 1955

Textes


La Gaule Blanche

...
J'ai lu que les poètes, en Chine, sont très doux,
Et qu'il y en a un qui est mort de la lune;
Et les Chinois ne disent pas qu'il était fou
Car c'est chez eux une aventure assez commune.

J'ai lu qu'ils s'enivraient de vin et de la lune,
Et leurs vers se balancent comme de longs bambous
Entre l'eau de leur coeur et les brouillard de plume
Qui s'accrochent dans leur pays un peu partout.

Leur âme frêle et sombre, printanière et fidèle,
Fend le ciel et le fleuve comme un vol d'hirondelle,
Et les larmes qui glissent sur la soie de leurs manches
Sont des feuilles de saule, fines, longues et tendres.

Peut-être est-ce un Chinois qui m'a mis dans le coeur
Cette chanson de l'eau, de la lune et des fleurs
Et ce doux paysage en noir et en couleur
D'un jonc qui tremble au vent dans la main d'un pêcheur.

Peut-être que mon coeur est un bien chinois
Et mourra de la lune un beau jour comme un autre...
Et qu'est-ce qu'on dira, et qu'est-ce qu'on dira
De l'aventure dans un pays comme le nôtre.

Commentaires