DORMONT Jacques


Biographie

Jacques Dormont est décédé le 13 octobre 2005 à l’âge de 91 ans. Il était connu comme ancien professeur de dessin et d’art graphique à l’Institut pour sourds de Berchem-Ste-Agathe (actuellement Alexandre Herlin) de 1946 jusqu’à sa retraite 32 ans après. De nombreux élèves ont choisi l’option artistique pour pouvoir l’avoir comme professeur car il ne se contentait pas d’enseigner seulement le dessin mais expliquait en langue des signes ce que tous ces enfants avaient envie de connaître lors des recréations ou classes de devoirs.

Mais pas seulement car il était également connu comme artiste peintre, poète et écrivain et faisait partie des cercles d’art, Eugène Simonis à Koekelberg et Jecta à Jette (René Magritte y était membre). Il a exposé de nombreuses fois dans des galeries de grande renommée à telle que Racine, Cheval de Verre, … participé aux triennales de Namur et de Tournai, aux quatriennales de Gand, aux Salons de la province de Brabant. Quelques-unes de ses œuvres ont été acquises par l’Etat, les provinces du Hainaut et du Brabant, ainsi que par les Communes de Dour et de Koekelberg. Son nom figure parmi les 50 artistes de Belgique dans le livre, « L’art pour tous » par Jacques Collard. De ses nombreux écrits, il faut mentionner « Joël », préfacé par Franz Hellens et « Un langage simple et savoureux » édité par le CFLS.
Né à Dour le 5 février 1914, Jacques Dormont est devenu sourd suite à la fièvre due à la grippe espagnole qui a sévi en Europe en 1918. Il a fait sa primaire à l’Institut pour sourds de Berchem-Ste-Agathe (son nom en signe : 105) et à l’âge de 15 ans, est entré à l’Académie des Beaux-Arts de Mons où il a suivi les cours de dessin et de peinture avec Louis Buisseret, le cours de peinture murale avec Léon Navez et la gravure avec M. Duriau. Par la suite, il est entré à l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles où il a rencontré M. Charles Stepman qui enseignait alors à l’Institut de Berchem-Ste-Agathe et c’est ainsi qu’il lui a succédé comme professeur.
Marié avec Simone, fille de parents sourds, M. et Mme Dammans, il a eu trois enfants, deux garçons et une fille, Gilles, Michel et Françoise.
Une vie aussi remplie dans sa vie privée, professionnelle et artistique n’a jamais empêché Jacques Dormont de retrouver ses amis de la communauté des sourds. Il a fondé le Cercle Volonté, un cercle culturel et de loisirs qui fut très actif durant la 2ème guerre mondiale. Il fut Vice-Président de la Maison des Sourds de Bruxelles de 1941 à 1942, Secrétaire Général de 1942 à 1943 et Président de 1943 à 1948. A la demande de Michel François, alors président de la Confédération Belge des Sourds, Jacques Dormont a fondé, avec Paul Cortvriend, « Arts et Culture » qui perdure encore aujourd’hui et ainsi, il a permis à des artistes sourds belges d’exposer leurs œuvres lors du Congrès Mondial des Sourds à Varna et en a organisé à Bruxelles lors d’un congrès ainsi que lors des Jeux Internationaux Silencieux (JO) en 1953. Il a soutenu la création du Groupe Horizon, regroupant des passionnés de théâtre et de mime et a présenté une pantomime GOYA au Théâtre National en intermède du spectacle « le 7ème jour ».
Enfin, Jacques Dormont fut parmi les membres fondateurs du Centre Francophone de la Langue des Signes (CFLS) et a participé, durant de longues années, aux travaux de recherche pour l’unification et l’enrichissement de la langue des signes.

« Le 7ème jour, Dieu créa les autres » est l’équivalant en Belgique des « Enfants du Silence » qui s’est joué au théâtre par de véritables comédiennes professionnelles sourdes, en France (avec Chantal Liennel) et aux Etats-Unis (avec Phyllis Frelich) en 1982. Mais dans notre pays, il n’y a pas de comédiens sourds professionnels, le metteur en scène, Jo Dua a donc fait appel à Jacques Dormont pour enseigner la langue des signes aux comédiens, Lesly Bunton de la Cie Yvan Baudouin et Raymond Avenière. Cela lui a demandé de longs mois de préparation et de nombreuses répétitions mais il a adoré ce travail. Il a également collaboré avec le réalisateur Henri Storck pour un court métrage de 15’ en 35mm intitulé « Les Gestes du Silence » en 1960.

source : Martine Fraiture : Jacques DORMONT, une grande personnalité, nous a quitté.

 

Pour une biographie plus complète de Jacques Dormont, on peut se référer au forum qui lui est dédié.

Bibliographie

Joël. préface de Franz Hellens. Lyon : A. Henneuse, 1953. (Les écrivains réunis).

Textes


Commentaires



Disponible(s)

Coordonnées