FLAMENT Blanche


Biographie

Née au Borinage. Issue d'une famille d'industriels, après de solides études au Lycée Warocqué à Morlanwelz, elle entre au conservatoire de La louvière, puis à Charleroi où elle obtient en 1935 un diplôme pédagogique de diction et déclamation.

En 1961, après la mort de son compagnon, la poésie se réveille en des vers pleins de douleur et de rêve. Dès lors, avec la force et l'élan d'une deuxième jeunesse, l'auteur défie le destin, tout ce qui pourrait empêcher de trouver la voie royale, elle se lance à corps perdu dans les concours les plus difficiles et les jurys témoignent en sa faveur: Prix des amis des lettres 1964, Cie des Ecrivains Méditerranéens, Montpellier, Mention au Midi chante Toulouse 1964, 1ère distinction de poésie lyrique aux Jeux Floraux Nordiques dirigés par François Claudisse et dont le jury est particulièrment pointilleux. Des mentions honorables, des diplômes d'honneurs se succèdent sans arrêt, jusqu'à la mention très honorable au Prix des Poètes Belges 1966 pour le recueil "Par tous les chemins".

Elle collabore aussi à différentes revues belges et étrangères et à de nombreuses anthologies.

Bibliographie

  • La voie de la solitude. Bruxelles : C.E.L.F., 1964. (1er prix de l'Académie des Jeux Floraux de Loire-Océan 1966)
  • Par tous les chemins. Bruxelles : Permanences poétiques, 1966. (mention au Prix des Poètes Belges 1966)

Textes


J'ai

J'ai accueilli le tendre émoi Tout palpitant comme un oiseau, Et l'amour fleurît en mon coeur.   J'ai respiré l'arome épars Dans les jours clairs de souvenances, Et l'espoir inonda mon âme.   J'ai contemplé les chauds reflets de la beauté en tous ses temples, Et l'extase combla mon être.   J'ai sondé, avide et tenace, L'immense champ muet des doutes, Et la Paix a quitté ma route!

Commentaires


La Libre Belgique a accueilli son premier recueil en ces termes: "Sur la voie de la solitude, Blanche Flament s'arrête à un carrefour, d'un côté un deuil et ses regrets, de l'autre, la vie qui continue. Sur ces deux thèmes, elle construit un chant sincère."

Wilfrid Lucas dira: "C'est un hommage posthume, un hosanna à une mémoire chère un souvenir pieux."