DONNAY Claude


Biographie

Né en 1958, Claude Donnay vit à Dréhance, un petit village de la vallée mosane. Pendant plusieurs années, il a participé à la revue RegART avec la regrettée Mimy Kinet. Comme nouvelliste, il a publié dans de nombreuses revues dont Nouvelle Donne et Sol’Air et a participé au recueil collectif Fureur d’enseigner paru aux Editions Les Eperonniers. Comme poète, il a publié dans des revues comme L’Arbre à Plumes, Le Journal des Poètes, RegART, L’Arbre à Paroles, Inédit,… En 1999, il a fondé la revue Bleu d’Encre qui paraît deux fois l’an aux solstices. Les éditions Bleu d'encre ont vu le jour en 2011. Comme aquarelliste, il a exposé dans plusieurs salons d’ensemble et avec son ami Jean-Luc Pierret au Centre Culturel de Ciney en 1999.

Source : Philippe Leuckx in Service du Livre luxembourgeois

Bibliographie

 

  • L'arpenteur des Steppes à pommes, L’Arbre à paroles, 1994.
  • Toiles à vivre, L’Arbre à paroles, 1995.
  • Mains croisées, L’Arbre à paroles, 1997.
  • Mémoires d’un chien bâtard, L’Arbre à paroles, 1999.
  • Le vide chevauché, L’Arbre à paroles, 2001.
  • Carnets d’eau et de pierre, Tétras Lyre, 2001.
  • Tessons du grand large, L’Arbre à paroles, 2002. (Le buisson ardent).
  • Une brèche dans l’innommable, L’Arbre à paroles, 2003.
  • Retour sur printemps, Le Coudrier, 2011.
  • L'heure des olives, Bleu d'Encre, 2011. Illustrations de Claudine Goux.
  • Elle, éblouie, Bleu d'encre, 2012. Illustrations de Clothilde Deweer.  
  • Chant pour un corps déserté, L'Arbre à paroles, 2013.

 

Textes


Extraits de L’arpenteur des steppes à pommes
 
       Il arpente, l’enfant-loup. Il arpente les prés en broussailles.
Long  détours  sous  le  vent  pour  éviter  les  vaches  rousses.
Mauvaises, les jours d’orage.
       
     Surtout ne pas s’éloigner trop du camp de jute au parfum de
tubercule.
 
     La grande plaine promet des chevauchées de Tartares et de
Sioux.
 
      S’il danse mieux que la veille, le crépuscule
se noiera dans la vallée.
 
                                    ***
 
Un puits plein, brillant
comme l’œil d’un télescope
      Briser le silence d’une pierre folle
      Remonter la lune craintive dans le seau malmené
 
      Et peut-être une gerbe d’étoiles déboussolées
 
                                   ***
 
    Lui. Le repère. Son double. L’ami de sang et d’humeur. Plus
jeune. Deux étés et quelques dents.
 
    Leurs pognes terreuses étreignent un même appétit.
 
    Petit frère à l’œil d’azur et de flamme, coudes aux genoux, au
grand conseil des sachems. La parole comme une main tendue,
l’éclat d’une passerelle par-delà les fragilités.
 
                                    ***
 
       
Extraits de Toiles à vivre
 
   Elles savent sans jamais avoir appris
   que leur ventre capte la lumière
   mieux qu’un miroir
   Quand la nuit rapproche les murs
   elles ferment leurs fenêtres
   pour mieux goûter sur leur peau
   le murmure du soleil
 
                  ***
 
   Un fou dort en moi
   enserré dans la camisole
   de ma peau
   Quand je desserre le col de ma chemise
   il m’arrive de l’entendre gémir
 
                  ***
   Leur maison sur la colline, loin des morsures du fleuve.
   Quand le vent souffle sa hargne, la charpente geint. Une
goélette au jusan. Quatre troncs ravis à l’azur, unis par la
lumière d’une cheville.
   A l’ancienne.
   Il écoute le chant du bois. Comme un défi à l’usure des
   chairs.
   Il pense à elle. A leurs corps que la nuit confond. A cette
   dérisoire et pure coïncidence.
 
                   ***
 
   On ne sépare pas l’inséparable.
   Le fleuve s’ouvre devant l’île pour mieux se noyer.
   C’est la même eau. La même vie. Le même éclat de ciel bleu.
   Et les mêmes nuages.
 
   Paisible et puissant, le fleuve coule sur leur amour.
   Du granit à polir.
 
                   ***

Extraits de Chants d'errance

L'errance est notre destination
à rebours toujours
La mort mène battue
Son chant perfore l'absolu
vivre ne tient qu'à l'oiseau qui le porte.

                   ***

L'éternité n'a pas d'amarres
ni de quai où débarquer
Les mouchoirs s'agitent donc pour rien mais leur danse éphémère
apaise nos cœurs comme des moulins
que le vent malmène
au détour d'un chemin sans issue.

Commentaires


Claude Donnay, Le vide chevauché, l'Arbre à paroles.

"Je ressens à la lecture de ces poèmes ce Rien qui se dessine sur les paysages les plus familiers, autant d'évocations dépourvues de tous les prestiges possibles, une voix sans issue et pourtant explorée, au moins l'écriture et son départ à chaque page, la nécessité d'en différer le final. Le présent n'est rien, la vision s'accapare de tout, tout y est d'un déplacement subtil, en deux temps, le monde nous est rendu visible, palpable, enfin présent.

Première partie: Le Vide chevauché.

L'esquive et le secret ne représentent ici que le don, et c'est important, la présence intemporelle forme un réseau sans cesse d'être soi, cette lente saisie prend forme, s'épanouit, mais tout autant fait figure d'abîme, toujours là mais soustraite par l'absente; une necessité emblématique, le bruit incessant du silence définitif transféré dans l'imprenable.
"Je suis de ceux que la parole touche de plein fouet. À peine un frémissement du silence - une trace l'ébauche fragile d'une promesse sous mes pas" .

Seconde partie: Rejets.

En parfaite symétrie le savoir dans son affrontement, vivre avec le vertige comme silence, une longue et douloureuse  élaboration de l'apparence qui nous entoure et dont nous faisons un usage excessif, pour en arriver à l'être sur son versant. Le plus incertain et le plus définitif.

"Il aimerait tant posséder l'inconscience du bouffon-intelligence, suprême dérision, quadrature du désespoir ? - mais le caillou lové dans sa chaussurene lui taraude pas seulement la plante du pied, il le force à claudiquer, toujours à la limite de la chute, entre solitude et joie factice, ange déchu, de toute  éternité abandonné."

C'est un livre Ouvert,  tendu Vers, l'histoire d'un partage qui restaure parfois, d'une vie qui nous fait toucher avec pertinence l'absence, un exercice à son repos et cela réussit alors, inespérément.

Alain Duveau (Le Mensuel littéraire et poétique, n° 295)