ALLARD Eric


Biographie

Éric Allard est né en 1959, un jour de carnaval, à Charleroi où il habite et travaille en tant que professeur de mathématiques. Coanimateur de la revue de poésie Remue-Méninges depuis 1983, il a publié des textes dans diverses revues papier ou en ligne (Microbe, Mgversion2, Décharge, Liqueur 44, La Belle-mère dure...). Il est l’auteur de deux ouvrages de critique littéraire au Service du Livre Luxembourgeois. Amoureux des "belles phrases", il a créé un blog qui leur est consacré : http://lesbellesphrases.skynetblogs.be.

Source : Les Éditions du Cygne

Bibliographie

  • Cathy-romance, Les troubadours, 1983.
  • Aphourismes à lier, recueil collectif, Écrits vains, 1995.
  • Un fait divers, nouvelle, La Mauresque, 2001.
  • Les corbeaux brûlés, Éditions du Cygne, Paris, 2009.
  • Penchants retors, Éditions Gros textes, Châteauroux-les-Alpes, 2009.

Textes



Commentaires


L’auteur veut croire à la transparence de sa fable dans laquelle et avec lucidité il décrit combien l’ensemencement est inversé. Allard embaume le corps qui le brûle et que d’une certaine manière il a brûlé dans un texte nocturne au sens où la femme dans la symbolique est liée à son état. Peu à peu ce livre du désir se consume car il est consumé d’un désir dont il ne reste peu à peu que les cendres. L’amour est donc à la fois miroir (puisqu’on va s’y chercher) et mirage (puisqu’on ne peut s’y trouver). Ne demeure pour finir qu’un état comateux. (…) Voilà comment se forge ce beau texte qui de fait ne peut raconter l’histoire de son auteur tant elle est grevée d’une autre histoire qui impose la sensation d’un écho mourant mais qui ne finit pas de vibrer tant la réalité de sa trace reste prégnante et convoque la pensée comme l’impensable.

Jean-Paul Gavard Perret, in Traction-Brabant, n°30-31


« Les textes qui composent Les corbeaux brûlés forment un volcan d’états, une atmosphère à la fois hostile, fascinante, inspirée, où les images n’ont jamais peur de frôler la folie, voire, qui sait, de s’y plonger vraiment.
On est loin de la narrative poésie laissant là ses états d’âme. C’est de l’écrit à l’état brut, tentant sans cesse de se transcender au moyen d’une fantasmagorie forte, charnelle, rude.
Tout est vrai, tout est imaginé. Tout est réaliste, tout est illusion visionnaire. Ne pas chercher à comprendre, juste s’imprégner, se laisser porter par la barque, qu’elle traverse le Styx ou nous mène là où elle veut. Peu importe : le paysage est abrupt et grisant. Il fait noir et il y a de la lumière. »

Virginie Holaind, dans le magazine en ligne des Éditions Asteline.

 

 


 


Disponible(s)

Coordonnées

Adresse : 17, rue Strimelle 6040 Jumet
Tél. :071/31.76.46 -- Fax :  
Courriel : ericallard@brutele.be