HALLEUX Louis


Biographie

Poète belge d'expression française.
Né en 1858
Aussi Louis De Halleux
pseudo : René Preslefont

Bibliographie

  • La grand route, Ed. de la revue des Poètes, Paris, 1911
  • Sonnets et poésies diverses, chez Jaques Godenne, Namur, 1910
un prix au concours de littérature spiritualiste, Paris, 1914
  • Cantilènes et pensers, chez Siffer à Gand
  • Les calmes brisés, Société St-Augustin, Bruges, Paris, Lille
  • Les cordes d'acier,1914-1918, Maison d'édition I. Vanderpoorten, 1919
  •  Les cordes d’acier, 2 vol.,1919-1925
  •  La dernière étape, 1924
  •  Au gré des jours, 1936.

Textes


Les semailles

Engagés résolus, mûrs et calmes troupiers,
Lorsque pour la patrie en braves vous tombiez,
Vous aviez, d'une balle sûre,
Amassé devant vous bien des corms d'ennemis,
Et la Gloire, veillant sur vos fronts endormis,
Voilait de laurier la blessure.

Souffrez que maintenant, ô morts inoubliés,
J'honore dans mes vers ceux qui, les poings liés,
La face d'un mouchoir couverte,
Loin de la lutte épique, adossés contreun mur,
Périrent, abattus comme un bétail obscur,
Criblés comme la cible inerte.

Paysans et bourgeois sans défense, saisis,
Vieillards, femme, enfants, poussés sous les fusils
Ou sous les bouches à mitraille,
C'était pour la patrie aussi que vous mouriez,
quand du combat cruel mais loyal, des guerriers
Se vengeaient par la représaille.

Immolés vous aussi pour le droit, vous aurez,
Ainsi que nos soldats, après les chants sacrés
Les vers de notre âme attendrie.
Mais d'autres pleurs soudain nos yeux se sont mouillés,
Tandis qu'une humble croix nous tient agenouillés ;
Ici l'ont se tait et l'on prie.

Les croix de nos héros porteront nos couleurs ;
Des tertres enfantins souriront sous les fleurs ;
Ici des palmes symboliques,
O pasteur qui donnas ton sang pour le troupeau,
O vrai martyr du Christ, marqueront le tombeau
que nous ferons à tes reliques !

O sol que nos vieux saints avaient civilisés,
Te voici par le sang de nouveau baptisé :
Quelle moisson dans ces semailles,
Dans ce sang héroïque, innocent ou martyr,
Et quelle race pure et grande va sortir,
Noble terre, de tes entrailles !

extrait de Les cordes d'acier

Commentaires



Disponible(s)

Coordonnées