CORAN Pierre


Biographie

Mon village natal, Saint-Denis en Brocqueroie, se situe dans la banlieue de Mons, en Hainaut. Avec ses étangs, ses bois, sa rivière, ses moulins, son abbaye, ses trous à silex, l’endroit est privilégié. J’y ai appris à aimer l’école, les gens simples ; à haïr la guerre ; à respecter la nature, fût-elle animale, végétale ou humaine. Cet amour, ce respect plus que la haine imprègnent maints de mes titres et notamment la trilogie romanesque des « Pièces-à-Trous » qui relate les aventures vécues, entre 1940 et 1944, par les 9-12 de la classe unique de M. Clément, un maître d’école exceptionnel.  

Mon parcours professionnel est triple : instituteur dans la mouvance Freinet, directeur d’école puis professeur d’histoire de la littérature au Conservatoire Royal de Mons.  

Mon parcours artistique est simple. Le Prix du Hainaut reçu en 1966 en sera le vrai déclic. Depuis 1960, je suis auteur de littérature de jeunesse. À cette époque, le phénomène, aujourd’hui rayonnant, était encore embryonnaire.  

Un événement déterminant fut l’obtention, à Paris, fin 1989, du premier « Grand Prix de poésie pour la jeunesse » pour Jaffabules (Le Livre de Poche). Ma nomination au Prix Hans Christian Andersen 2000 (IBBY) en fut un autre. La Bibliothèque (section jeunesse) de Fontaine-L’Evêque et une Ecole fondamentale de Mons portent désormais mon nom.  

Mon lieu de vie se niche à l’orée du bois d’Erbisoeul où la famille jouit de la considération d’un merle et d’un rouge-gorge, de la gratitude des mésanges, des araignées, des écureuils et des lapins. L’un d’eux «  Arsène Lupin » est le héros d’une série d’albums traduits et diffusés dans maints pays (Casterman).  

Pourquoi j’écris ? Pour la part d’enfance qui vit en chacun de nous, discrète et révélée, au-delà des âges et des modes.  

Mon chemin de vie est à l’image d’un alexandrin du Prince de Ligne :  

«  J’avance dans l’hiver à force de printemps »

C’est aussi ma devise d’homme ordinaire.

Bibliographie

Poésie pour les enfants

  • La mare aux fées, poésie pour enfants, Éd. Phalanstère de la poésie, Bruxelles, 1960.
  • Les herbes folles, poésie pour enfants, Éd. Le Cyclope, Mons, 1962.
  • Les secrets de Coccinelle, poésie pour enfants, Éd. Le Cyclope, Mons, 1964.
  • La puce à l’oreille, poésie pour enfants, Éd. Le Cyclope, Mons, 1967.
  • La plume au vent, poésie pour enfants, Éd. Le Cyclope, Jurbise, 1970.
  • Patte blanche, poésie pour enfants, Éd. Le Cyclope, Jurbise, 1972.
  • Pile ou face, poésie pour enfants, Éd. Le Cyclope, Jurbise, 1974.
  • Le moulin à images, poésie pour enfants, Éd. L’Ecole des Loisirs, Paris, 1977.
  • La courte échelle, poésie pour enfants, Éd. Le Cyclope, Jurbise, 1977.
  • La tête en fleurs, poésie pour enfants, Éd. Le Cyclope, Jurbise, 1979.
  • La pipe à bulles, poésie pour enfants, Duculot, Gembloux-Paris, 1981.
  • Bédérimes, poésie et BD pour enfants, Éd. Casterman, Tournai, 1985.
  • Direlire, comptines pour enfants 10 titres, Éd. Casterman, Tournai, 1989-1994; Bruxelles, 1999-2000.
  • Jaffabules, poésie pour enfants, Éd. Hachette, Le Livre de Poche, Paris, 1990-1995-1997-1999.
  • Chats qui riment et rimes à chats, poésie pour enfants, Éd. Hurtubise, Québec; Gamma, Paris, 1994.
  • Printemps d’artistes, poésie pour enfants, Éd. L’École des Loisirs, Paris, 1995.
  • Animalicieux (ill. de Dominique Maes, Ed. Pastel), 1997.
  • L’Atelier de poésie (ill. de Pascal Lemaître, Ed. Casterman-coll. Les Grands Livres), 1999-2000.
  • Comptines de Chats de Z à A (Ed. Flamarion), 2001.
  • Et Patati, et Patata (comptines), (ill. de Nathalie Novi, Ed. Milan), 2001.
  • Comptines au fil des heures (Ed. Flamarion), 2002.
  • Inimaginaire (ill. de Gabriel Lefebvre, Ed. Labor- coll. Zone J), 2000-2001.
  • Le roman de Renart (réécriture en vers), Éd. Casterman, Tournai, 1996.
  • Bestiaire. De A à Z, l’animal dans l’art, Éd. La Renaissance du Livre, Tournai, 2001.
  • Un jour au cirque, poésie pour enfants, La Renaissance du Livre, Tournai, 2002.
  • Le jardin des peintres, poésie pour enfants, La Renaissance du Livre, Tournai,     2002.
  • La ferme (Ed. La Renaissance du Livre- coll. Art images et mots).
  • Images en comptines (6 titres) (Ed. Flamarion), 2003-2004.
  • Comptines et Poèmes pour jouer avec la langue (collaboration d’Irène Coran) (ill. d’Anne Letuffe, Ed. Casterman- coll. Les grands Livres), 2005.
  • J'y suis, j'y rêve, Ed. du Rocher, Monaco, 2005.
  • Inimaginaire : poèmes, Loverval : Labor, 2007. Coll. Espace Nord.
  • Comptines en trompe-l'oeil, (collaboration de Pascal Lemaître), Bruxelles, Casterman, 2009.
  • Comptines en mots d' ici et d' ailleurs, (collaboration de Pascal Lemaître), Casterman, 2009.
  • Comptinnes pour ne pas zozoter, (collaboration de Pascal Lemaître), Bruxelles, Casterman, 2009.
  • D'îles en ailes, avec Carl Norac et Anne-Marielle Wilwerth, Couleur Livres, 2012. (Carré d'as).
  • Amuserimes, Librairie générale française, 2015. (Le Livre de Poche Jeunesse).

Poésie

  • L’horizon n’est pas la mer (ill. de Roger Somville, Ed. Luce Wilquin), 1996.
  • La flûte enchantée (récit en vers d’après l’opéra de Mozart et Schikaneder) (ill. de Gabriel Lefebvre, Ed. La Renaissance du Livre), 2002.
  • Le fou du labyrinthe (ill. de François Thonet, Ed. IPH), 2001.
  • Les chemins de Janus, M.E.O., 2012.

Contes

  • Flic, l’écureuil (7 titres), d’après les émissions télévisées R.T.B.F.-B.R.T.,  Éd. Chantecler, Aartselaar, 1976.
  • L’enfant qui voulait devenir clown, Éd. Casterman, Tournai, 1980, 1992.
  • Lecture facile (4 titres), Chantecler, Aartselaar, 1981.
  • Hubert va à la pêche, Éd. Casterman, Tournai, 1983, 1990.
  • Gil et Julie (6 titres), série T.V., R.T.L. Editions, Luxembourg, 1983-1984.
  • Histoires d’animaux (14 titres), Éd. Chantecler, Aartselaar, 1983-1984.
  • Arsène lapin (9 titres), Éd. Casterman, Tournai, 1985-1994. 
  • Le castor paresseux, Éd. Casterman, Tournai, 1987-1994.
  • La bande à Phil (6 titres), Éd. Casterman, Tournai, 1988.
  • Adrien le musicien, Éd. Casterman, Tournai, 1990.
  • Nicolas le poète, Éd. Casterman, Tournai, 1992.
  • Iseut pas-de-deux, Éd. Casterman, Tournai, 1993.
  • Emeline qui voit tout, en écriture visuelle et en braille, Éd. Casterman, Tournai, 1995-1996.
  • Ma famille, Éd. Bilboquet, Paris, 1997.
  • Manon cœur citron, Éd. Flammarion, Paris, 1998.
  • Éléphant Puce, Éd. Artis, Bruxelles, 2000.
  • Anatole change d’école, Éd. Flammarion, Paris, 2000.
  • La grande nuit d’Anne-Sophie, Éd. Flammarion, Paris, 2001.
  • Papi Loup perd tout, Flammarion, Paris, 2001.
  • L'enfant de la lune rouge, illustrations de Judith Gueyfier, Didier Jeunesse, 2009.
  • Natura et les chevaliers des quatre saisons, illustrations d' Elise Mansot, L'Elan vert, 2009.

Romans pour les enfants

  • Les disparus de Lilliput, Éd. Magnard, Les P’tits Policiers, Paris, 1999.
  • La momie d’Halloween, Éd. Magnard, Les P’tits Fantastiques, Paris, 2000.
  • La mine aux fantômes, Magnard, Paris, 2001.
  • Les matous d'Osiris, Labor, Bruxelles, 2001.

Romans pour les adolescents

  • La mémoire blanche, Duculot, Gembloux-Paris, 1981.
  • La peau de l’autre, Éd. Duculot, Gembloux-Paris, 1983; Éd. Casterman, Tournai, 1986-1997; Ed. Labor, Collection Espace Nord zone J, Bruxelles, 2004.
  • Trilogie : (Ed. Milan, coll. Zanzibar/ Milan Junior)
                   Le commando des pièces-à-tou (1987-93-96-99)
                   La fronde à bretelles (1991-94-2001)
                   La nuit des pélicans (1995-2002)
  • Terminus Odéon, Éd. Milan, Toulouse, 1993, 2000; Ed. Labor, Collection Espace Nord, Bruxelles, 2003.
  • Le cœur andalou, Éd. Hachette, Le Livre de Poche, Paris, 1993.
  • L’ombre de papier, Éd. Flammarion, Paris, 2000.
  • L’éphélide, Éd. Luce Wilquin, Lausanne, 1989 et Labor, Bruxelles, 2000.
  • L'ascenseur des dieux, Labor, Bruxelles, 2002.
  • Le roman de Renart (réécriture en vers) (ill. de Gabriel Lefebvre, Ed. Casterman, Coll. Epopé), 2004.
  • L'amour mauve, Ed. Grasset Jeunesse, Paris, 2005.
  • La croix des fiancés, Avin : Luce Wilquin, 2009.

Pédagogie

  • L'atelier de poésie, en coll. avec Pascal Lemaître. Tournai : Casterman, 2007. Coll. Références.

Textes


Nez-en-Banane

 
Monsieur Nez-en-Banane
a des airs de babouche.
Comme il n’a pas de bouche,
jamais Monsieur ne bâille,
jamais Monsieur ne braille
ni ne boit avec paille
le jus d’une papaye.
Monsieur Nez-en Banane
fait fuir les pies canailles
des semis, des semailles.
Il est épouvantail.
 
*
 
Tortues
 
Tortue de mer,
Tortue de terre,
Du sud au nord,
Bien malin qui connaît son âge !
La tortue est un château fort
Qui voyage.
 
*
 
Escapade
 
Quand mon chien s’envole
Par-dessus l’école,
Je vole avec lui.
Mon chien, dans le vent,
Se croit cerf-volant.
Je plane avec lui.
Mais quand il s’invite
Sur un satellite
Perdu dans la nuit,
Je file en cachette
comme une comète
Et rentre sans lui.
 
*
 
Interview d'une calculette
 
Trois et trois font six.
Six et quatre : dix
Dix fois six plus dix
Font soixante-dix.
Dix fois cent : mille.
Le compte est bon.
Mais sans pile,
Je suis bidon.
 
 
Interview d'une flûte
J’ai un bec et je chante
Quand tu me souffles l’air.
Si parfois je me plante
De face et de travers
Et bouche mes fenêtres
Au milieu du morceau,
C’est que je rêve d’être
L’égale de l’oiseau.
 
*
 
Interview d'une cuiller 
Dès que ta main me touche,
Je plonge dans les pots
De yaourt aux raisins.
Je surfe sur ta bouche
Comme les cachalots
De l’Océan Indien.
Puis tu me mets, une heure,
Afin que je sois belle
Dans les pires odeurs
De ton lave-vaisselle.
 
                                     ***********
 
Je marche dans Ostende
sans savoir où je vais.
Un parc, une façade,
un tram, une statue
me font changer de rue.
Au port que ceint la gare,
tout incite au départ :
la malle gigantesque
et les bateaux à quai,
les trains comme rails parallèles.
 
Mais la ville et mes pas
me poussent vers la mer
Je m’y retrouve assis
et las d’avoir marché,
promu, yeux grands ouverts,
par la magie d’un banc,
sans billet et sans fil,
voyageur immobile.
 
*
 
Si 
 
Si la mort est silence,
La vie fut-elle bruit
Et le jour indécence
Aux limbes de la nuit ?
 
Si la mort est absence,
La vie ne serait-elle,
Au su de la prescience,
Qu’une fonte de sel ?
 
La mort est-elle vie
Pour qu’à son effigie,
Les gisants fleurdelisent
Le tympan des églises ?

Commentaires