OUTERS Jean-Luc


Biographie

Le 5 mars 1949, naissance de Jean-Luc Outers. Son père est Lucien Outers, surtout connu pour une carrière politique brillante (il fut député européen, bourgmestre, et plusieurs fois ministre) mais qui fut aussi écrivain, à la fois pamphlétaire, historien et romancier. Père très présent aussi dans l’œuvre du romancier, et particulièrement dans La Place du mort, tout entier centré précisément sur la figure du père.

Avec seulement trois romans parus à ce jour, Jean-Luc Outers a pris rang parmi les écrivains qui comptent. Il fait partie de ces auteurs, assez nombreux aujourd’hui, qui ont contribué à faire de la Belgique des espaces où s’inscrit à l’aise la création littéraire, et même des objets privilégiés de cette création. Limitant son propos à des aires géographiques, sociales ou familiales qu’il connaît d’expérience, puisant d’abondance dans sa propre biographie pour nourrir ses inventions, il édifie une œuvre à laquelle la récurrence des thèmes et l’incessant questionnement dont elle est chargée confèrent une unité évidente. Ses œuvres se ressentent des courants de la création contemporaine, mais sa démarche ne résulte ni d’une volonté de rupture, ni d’une recherche du coup d’éclat. Elle s’inscrit dans une continuité, et témoigne d’une sensibilité aux mouvements de la pensée et aux évolutions de la création et de l’expression romanesques bien plus que d’un asservissement aux modes et aux théories. La gravité des problèmes abordés s’y teinte le plus souvent d’humour. Le sarcasme y est fréquent, mais il évite toute amertume. L’œuvre tire une grande part de sa force du paradoxe qui souvent la constitue. Le dérisoire des entreprises y ouvre à des questions essentielles, l’anecdote souriante s’y inscrit dans une vision critique souvent acérée de la société contemporaine.

En 1987, Jean-Luc Outers devient Conseiller littéraire, responsable du Service des Lettres et du Livre au Ministère de la Culture de la Communauté Française, fonction qu’il exerce encore à présent. À ce titre, il est aussi éditeur de la revue Le carnet et les instants, un bimensuel consacré à la promotion et à la diffusion des lettres belges de langue française.
En 1993, il a obtenu le Prix Rossel pour Corps de métier, paru à la Différence et, en 1995, le Prix AT&T pour La Place du mort (La Différence).

Bibliographie

  • L'Ordre du jour, Gallimard, 1987 (rééd. coll. "Babel" et Labor, coll. "Espace Nord"); traduit en néerlandais, italien et roumain. L'Ordre du jour a été adapté au cinéma par Michel Khleifi en 1993.
  • Corps de métier, La Différence, 1992; traduit en néerlandais.
  • La Place du mort, La Différence, 1995 (rééd. coll. "Minos", 2005); traduit en roumain.
  • La Compagnie des eaux, Actes Sud, 2001 (rééd. coll. "Babel", 2006).
  • Le Bureau de l'heure, Actes Sud, 2004 (rééd. coll. "Babel", 2008).
  • Le Voyage de Luca, Acte Sud, 2007.
  • De courte mémoire, avec Hugo Claus, La Pierre d'Alun, 2011.

Textes


Commentaires



Coordonnées