VALASSIDIS Alexandre


Biographie

Alexandre Valassidis est né à Liège en 1984. Il vit actuellement à Namur. Il a reçu le Prix Georges Lokem en 2009 pour son recueil Rue Poitrail. Ses textes ont été publiés dans plusieurs revues telles que L’Atelier de l'Agneau, Le Journal des poètes, Le Fram ou encore Matières à poésie.

 

Bibliographie

  • Le saut de l'ange entre deux chaises suivi de Gravats, Atelier de l'agneau, 2009.

  • Rue Poitrail suivi de Errances, Châtelineau, Le Taillis Pré, 2009. Prix Georges Lokem 2009.

  • D'écluse en écorce, avec Marc Dugardin, L'herbe qui tremble, 2011. Préface de Lucien Noullez. Photographies de Carla Boni.

Participation aux revues:

  • L' Atelier de l'Agneau

  • Le Journal des poètes

  • Le Fram

  • Matières à poésie

Textes



L’histoire, peut être, arrivera un jour au passé. En attendant, les clés de l’antre s’appuient sur la cuisse, devant la porte, un coeur étranger bat au niveau du sol. Une mer a dû dormir ici, jadis. La terre ouvre une gueule immense, réclame l’innondation, même en petit, même pour de faux. Peut être, un jour, l’histoire arrivera au passé. Les mots se mettront d’accord avec les phrases, et tout le monde sortira de la page pour revenir au début. Route vers la balançoire rouillée, la main de la balançoire contre les joues roses. La logique du corps enfant. Les genoux servent à s’écorcher, amortir les chocs d’une éternelle course folle, les doigts s’articulent comme pince pour saisir les fruits en haut de l’arbre, la voix appelle la jolie robe jaune de maman, et plus bas, une inquiétude soured rapproche de papa.



Claudiquants les fâcheux silences, la mer inquiète de ceux qu’elle a léché hier. Jet e touchais le front pour ne pas parler. Détacher l’oreille avec la jambe menue qu’elle a d’ancrée près du lobe. Manger le bleu pâle de l’iris. Hurler. Tirer sur les mamelles arides de la page, grater la couche grasse. Faire sortir, au matin, de nouveaux gestes aux vieux members qui se sont couches la veille.



Pas calme la peau amie, le réseau de rails sanguins fait ses lèvres belles, sort les hanches de la robe, appelle bile de ceux qui s’y plaisent. Il n’y aura pas d’été. Il faut avancer les mains, toucher la nuque, fermer les rideaux de l’oeil, ouvrir les vanes sales qui rampant, caches. Il y a chair à saisir dans monde déconstruit, couloirs de sueur à avaler de nuit.

Commentaires


Extrait de l'argumentaire du jury pour l'attribution du Prix Georges Lokem 2009 :

"Alexandre Valassidis est né à Liège en 1984 et il vit actuellement à Namur. Il a publié dans plusieurs revues dont L'Atelier de l'agneau, Le Fram, Matières à poésie, Le Journal des poètes, etc. Gravats, son premier recueil publié, est paru cette même année à l'enseigne de L'Atelier de l'agneau et il figure par ailleurs parmi les plus jeunes poètes au sommaire de La nouvelle poésie française de Belgique.
Rue Poitrail, son second recueil publié est préfacé par un André Schmitz enthousiaste devant cet auteur naissant mais qui témoigne déjà d'une réelle maîtrise de la langue et des sentiments. André Schmitz décrit avec beaucoup de justesse cette écriture inédite, dans le sens dit-il, «de pas encore dite et pas encore entendue». «Elle ose», ajoute-t-il, «une tendresse éloignée de toute facilité. Alexandre la veut – sans le faire exprès, dirait-on – d'une richesse démunie de toute prétention». Et il est vrai que cette écriture témoigne d'une richesse d'inspiration; à la fois solide et grave, profonde et bien structurée, elle est le gage que nous nous trouvons ici face à un poète vrai et pensant dont on peut espérer beaucoup."