THOMASSETTIE Monique


Biographie

Je suis née le 5 mars 1946 à Bruxelles.

Aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours été symboliste, c'est-à-dire métaphoriquement animée, spontanément animiste. Cette confidence me mènerait à des considérations d'ordres philosophique et mystique que j'ai, dans certains de mes livres, déjà tenté de développer, intégrant immanence et transcendance.

Un spirituel et évident appel me fit, dès mon enfance, écrire et dessiner. À douze ans, une première pièce de théâtre. Dès seize ans, des poèmes. À dix-huit, une deuxième pièce.

Après des humanités suivies d'un travail administratif de rédactrice puis de cours de dessin et peinture d'après nature, je cherche mon expression plastique qui se révélera, en effet, de plus en plus symboliste.

Quant à ma plume d'autodidacte écrivain, elle trempa d'emblée dans une encre métaphorique.

Depuis quelques années, toute mon énergie créatrice passe dans ma seule écriture, mais j'y reste peintre. Et musicienne d'instinct. Mon théâtre intègre particulièrement écriture et composition picturale de personnages (portraits inclus). Exprimant le même univers, mes écrits et mes tableaux ou dessins inévitablement se rejoignent.

Bibliographie

  • L'ombre de Dieu suivi de Trois vies, et plus... : contes et poèmes, Le Mât de Misaine, 1989.
  • Encres sympathiques : poèmes, Le Non-Dit, 1992.
  • Un voyage ou Journal d'un peintre : conte, Luce Wilquin, 1993.
  • De blancs oiseaux boivent la lumière suivi de Nuit de grand vent : poèmes, Le Non-Dit, 1994.
  • Feuilles mortes glissant dans l'eau claire : poèmes de mon adolescence, Le Non-Dit, 1994.
  • Verbes-Oriflammes : poèmes, bribes, tableaux, Luce Wilquin, 1995.
  • Le maître d'or : roman épistolaire, Luce Wilquin, 1996.
  • Tryptique : poèmes en trois volets, Luce Wilquin, 1997.
  • Les seins de lune : contes, Luce Wilquin, 1998.
  • Dieu sur le pont : nouvelle, Chouette Province, 1999.
  • La grâce : poèmes, Caractères, 1999.
  • Le mystère de Sonia D'Ombrelaine, théâtre en quatre temps, Caractères, 2000.
  • D'oracles suivi de Le vertige de l'oiseau ou Le souffle de la montagne, et de L'enfance au point dansé, théâtre, Caractères, 2000.
  • Foyer suivi de Parfundor : théâtre, Caractères, 2000.
  • La portée d'exil suivi de Les paliers aériens : roman épistolaire et dialogué, Lux, 2001.
  • Variations pour songe sur un insaisissable absolu : poèmes, Maison de la Poésie d' Amay, 2002.
  • Originaël suivi de Asile!, : théâtre, Caractéres, 2003.
  • Pleincintre d'arc-en-ciel : poèmes, editions de la Page, 2004.
  • La source d'incandescence : conte, Ed. de la Page, 2004.
  • La musique promise : conte, Eole, 2004.
  • L'infragible vision : poèmes, Eole, 2005.
  • Tendre matin d'une éternité : conte, Eole, 2005.
  • Printemps cosmique : dialogue, La Bibliothèque en ligne des Auteurs, www.bela.be, 2004.
  • Miracle! : théâtre, La Bibliothèque en lligne des auteurs, 2005
  • La source est mére d'océan : poèmes, Les Elytres, 2006.
  • L'âme dénouée : contes et pensées, en trois parties, Eole, 2006.
  • Une suite mouvante : nouvelle, Ville de Mons, 2007.
  • Les doigts de chèvrefeuille de la nuit : poésie, Mode Est-Ouest, 2007.
  • Mon beau cygne perlé : conte suivi de Déesse Lumière, chant, Chloé des Lys, 2008.
  • Nom de déesse : contes, Ed. Monéveil, 2010.
  • L'aïeule montagne et l'enfance de la valléepoème accompagné de dessins, Ed. MEO, 2010.
  • Toucher les fonds, En revenir ailés! : théâtre, Éd. Monéveil, 2010.
  • Un arpètge de paix : perspectives d'un tableau : fables. Monéveil, 2011. (Envol).
  • Mes bouteilles à la mer contenaient des tempêtes suivi de Le poids des rêves et de la harpe et la forêt. M.E.O., 2011.
  • Moments croisés d'un vaste Psyché : 70 dessins, pastels, lavis ou tableaux en noir/blanc. M.E.O., 2011.
  • Un point de sonorité : un passage palpite. Monéveil, 2011. (Sphinx).
  • Enjambées. Poèmes en mouvement. M.E.O., 2012.
  • Vertige ascendant, suivi de Au creuset de mes tourbillons. M.E.O., 2012.
  • Tour d'Atmos, Monéveil, 2012. (Musique).
  • Au rythme d'un équilibre ou Ma force onirique : poésie. M.E.O., 2013.
  • La pierre s'ouvre libère le replié : mélange. M.E.O., 2013.
  • Entre-Musiques. M.E.O., 2014.
  • Mes intimismes : mélange ouvert à deux battants. M.E.O., 2014.
  • Intuition. Monéveil, 2014. (La Rime intrinsèque).
  • De blancs oiseaux boivent la lumière suivi de Nuit de grand vent. M.E.O., 2015.
  • Vogue la Terre? Vogue le Monde?. M.E.O., 2015.
  • Intuition. Tome II. Monéveil, 2015. (La Rime intrinsèque).
  • Intuition. Tome III. Monéveil, 2015. (La Rime intrinsèque).
  • Intuition. Tome IV. Monéveil, 2016. (La Rime intrinsèque).
  • Intuition. Tome V. Monéveil, 2016. (La Rime intrinsèque).
  • Encres sympathiques. M.E.O., 2016.
  • Intuition. Tome VI. Monéveil, 2017. (La Rime intrinsèque).
  • Intuition. Tome VII. Monéveil, 2018. (La Rime intrinsèque)
  • Textes


    Transposées en mythes charmants,

    les épreuves

    Ma mythologie

     

    Prends ma main

    Accompagne-moi au bouillonnant rebours

    de mes temps transposés

    Comprends mon alchimie

    Comment le sommeil des contes

    est feu couvant sous les paupières closes

    d'eaux en suspens

     

    Alors

    un regard oublié

    s'élèvera des fonds océaniques

    Mieux discernera

    le prince

    indécis en son vague contour

    (Inédit, juillet 2004)

     

     * 

     

    Poème:

    appel et réponse

    à une éternité

     

    Tout n'est-il pas appel?

    réponse?

    de la vie?

    à la vie?

     

    Et quand s'interpose la mort

    ce n'est qu'un arrêt provisoire

     

    La réponse précède l'appel

    La réponse est appel

    Car c'est la disponibilité qui appelle

    (Inédit, février 2005)

     

     *

     

    Si tel un derviche

    ma plume tourne

    en spirale entre Humain et Divin,

    mon chant

    en tous les tons

    en tous les ordres

    varie sa liberté

     

    entre les murs d'azur

    de ma cellule contemplative

     

    Plus rapides que son de cloche

    les traits éveillés de mon inspiration

    traversent indépendants

    les limites de l'entendement

     

    Me revient l'air bleu de l'adolescence!

    L'azur

    qui roule ses transparents atomes

    en mon ivre regard

     

    Ma plume en son vol insatiable

    y sème des mots tendus

     

    fusionnant l'appel infini

    et l'appel amoureux

     

    L'adolescence perdure

    sous le front ridé

    du métier poète

    Intemporel prodige

    (Inédit, février 2005)

     

    *

     

    Au fil d'un rêve de liberté

    mon poème va son cours

    Les cailloux voulant la blesser

    traversent l'eau musicale

    Les coups menacent,

    l'onde passe!

     

    Mon courant passe

    un peu somnambule

    tant il est inconscient de dangers

    Paradoxe éveillé

    aux rives il confie des mots

    qui s'y enracinent

    croissent en vaporeuses graminées

    et en ronces aux rimes fleuries

     

    Mon rêve fluide va son cours

    nomade sans errance

    entre les terres sédentaires

    de l'écrit sauvage cultivé

     

    Le chant de l'eau file et fuit

    vers un autre ordre

     

    que garde protège et escorte

    le souffle conjurant

    de mes mots

     

    Le souffle pousse le courant

    se mêle aux étoiles

    bondissantes et diurnes

    sans écume

    de ma limpidité

    (Inédit, février 2005)

     

     *

     

    Carrefour

    lorsqu'en ton cœur se croisent

    différents ordres d'une même réalité,

    toi qui les intégras les fusionnas

    au feu alchimique de ta Conscience,

    tu revis l'ancien tiraillement

    l'épreuve passée

    avant l'alliance

     

    Tu as assimilé

    ton propre savoir

    C'est pourquoi à tous ceux

    qui interrogent ta position

    tu peux répondre

    quel que soit leur niveau

    leur ordre

    Ils sentent la parole de cœur

    (Inédit, janvier 2005)

    Commentaires


    "L'œuvre de Monique Thomassettie trace des voies multiples, étranges, errantes. Elle nous conduit constamment là où nous n'avions guère l'habitude d'aller. L'artiste va, elle se perd. Elle nous perd. Mais cette forme de deuil nous est nécessaire parce qu'elle nous apprend, précisément, à survivre (…). Elle nous fait dériver de l'imaginaire au symbolique.",   Jean-Luc DUBART, "Dossier L", n° 53 du S. L. L., 1998.

    "Monique Thomassettie est (…) à la poursuite de ce qui fait notre univers, notre destin dans leur imprenable portée. (…) Cette artiste est à la tête, aujourd’hui, d’une vingtaine de livres où théâtre, poésie, roman, conte, nouvelle composent depuis 1989 une fresque de réflexion, d’image, de pensée dont la circonférence et le centre sont partout, et dont les axes se retrouvent sous toutes les formes."

    Luc NORIN, "La Libre Belgique", 27 août 2004.