CROMMELYNCK Fernand


Biographie

Fernand Crommelynck naît à Paris le 19 novembre 1886 dans une famille de comédiens.

  • 1886-1905: Séjourne tantôt à Paris, tantôt à Bruxelles. Dès 1899, joue dans des revues avec son oncle comédien. Premiers écrits.
  • 1906-1913: Premières pièces représentées, toutes trois en un acte : Nous n’irons plus au bois, Le Marchand de regrets, Le sculpteur de masque. Se marie en 1908 avec Anne Letellier. Le couple habite tantôt à Bruxelles, tantôt à Paris. Crommelynck fréquente Verhaeren, Ensor, Spilliaert, Zweig.
  • 1914-1918: Passe la guerre Bruxelles. Crée en 1916 Le Théâtre volant. Ecrit sa première grande œuvre, Les Amants Puérils, représentée au Théâtre des Galeries à Bruxelles en 1918,
  • 1920: Installé de nouveau à Paris. Activité de journaliste. Le Cocu magnifique est monté par Lugné-Poé à la Maison de l’œuvre. Succès foudroyant.
  • 1923-1924: Écrit Tripes d’or.
  • 1925: N’acceptant pas les coupures proposées par Lugné-Poé, Crommelynck donne Tripes d’or à Louis Jouvet (Comédie des Champs Elysées).
  • 1926-1934: Écrit ses autres pièces importantes : Carine ou la jeune fille folle de son âme, Une femme qu’à le cœur trop petit, Chaud et froid ou l’idée de Monsieur Dom. En 1927 commence avec Aenne Grünert une liaison qui durera jusqu’en 1948 ;
  • 1935-1970: Crommelynck n’écrira plus rien d’important pour le théâtre. Il rédigera des adaptations (dont une comédie, Le Chevalier à la lune ou sir John Falstaff (1935), qu’il extrait de Henri IV de Shakespeare), un roman policier (Monsieur Larose est-il l’assassin ? (1950) et des scénarios de film. Il passe la guerre de 40-45 à Bruxelles, où il fait des mises en scène au Théâtre des Galeries, puis retourne vivre en France. Il meurt le 17 mars 1970 à Saint-Germain-en-Laye.

 

Bibliographie

  • Le Sculpteur des masques (1908)
  • Le Marchand de regrets (1913)
  • Le cocu magnifique (1921)
  • Les Amants puérils (1921)
  • Carine ou la jeune fille folle de son âme (1929) (Prix triennal du théâtre)
  • Tripes d'or (1930)
  • Une femme qu'a le cœur trop petit (1934)
  • Chaud et froid (1936)
 

Textes


Commentaires