MINEUR Jean


Biographie

Jean Mineur est né à Bruxelles en 1933 et est décédé le 5 octobre 2018.
Docteur en droit, il mène une carrière diplomatique de 1963 à 1998, ponctuée de séjours en Afrique, Europe occidentale, Amérique du Nord et du Sud.
Dans sa jeunesse, il écrit plusieurs recueils de poésie qui par la suite ne l'ont pas entièrement satisfait. Très pris par ses activités professionnelles, il ne publie ses textes que plus tard.
L'auteur voit dans la poésie une vocation, une attitude de vie où se conjuguent l'éthique et l'esthétique. Il pense que le poème est parfois normatif en ce sens qu'il peut impliquer des engagements moraux, le cas échéant des obligations sur le plan humanitaires, selon les circonstances.
Hormis la Poésie, l'auteur s'intéresse notamment à l'histoire de l'Art où les peintres Vermeer de Delft et François de Nomé, dit Monsu Desderio, le fascinent particulièrement.

Bibliographie

  • Liberté du poète, chez l'auteur, 1986.
  • Le don du poème, chez l'auteur, 1988.
  • La quête du visage, chez l'auteur, 1988.
  • La lumière cachée, Editions du GREF, Toronto,1997.
  • Sonnets spirituels, Editions du GRIL, La Hulpe, 2005.
  • Fables pour une enfance, Editions du Vert-Galant, Soisy-sur-Seine, 2005.
  • Poèmes d'itinérance, Editions du Vert-Galant, Soisy-sur-Seine, 2005.
  • Le destin immortel, Editions du Vert-Galant, Soisy-sur-Seine, 2008.
  • Trace de l'éphémère, Editions du Vert-Galant, Soisy-sur-Seine, 2009.
  • Affinités solaires, Éditinter, Soisy-sur-Seine, 2010.
  • Sonnets pour une gloire cachée, Éditinter, 2012.
  • Lumière, Éditinter, 2015.
  • Mémoire de passage, Éditinter, 2015.
  • Impondérables, Éditinter, 2013.
  • Testament d'étoile, Éditinter, 2018.
  • Textes


    Infatigable comme l'arbre en voyage,
    Le poète chante
    Sous le signe de l'étoile.
    Ignorant la distance del'heure
    Aux rives d'éternité,
    Les fleurs de vie
    Elèvent plus haut dans le ciel
    La flamme de leur coeur ardent
    Car l'âme au fil des saisons
    S'allège et renie
    L'argile d'iniquité.
    Or l'espérance,
    Dont le Mal universel
    Ne peut ternir le visage,
    Un jour au-delà de l'Océan
    Sera transfigurée
    Dans l'immortel éclat de l'amour

    Commentaires


    À propos d'Affinités solaires (Éditinter)

    "Le lecteur baigne dans des océans de lumière, de fleurs, de musique, d'éternité, d'amour, d'espérance et de fraternité. L'auteur utilise également des termes et des images religieuses pour d'écrire des sentiments somme toute humains et on se demande où se situe ce paradis irréel, quand soudain à la fin de « la conscience pauvre » : « Que faire de l'insondable souffrance des innocents? ». Ouf! Cette seule interrogation qu'on attendait avec impatience contrebalance tout le reste et réhabilite l'ouvrage!"

    Jean Chevalot In : Florilège, n°143, juin 2011, p. 27.